AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parce que l'on doit toujours sourire (Finis)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Parce que l'on doit toujours sourire (Finis)   Dim 9 Aoû - 11:46

I. Carte d'identité du Personnage


Nom : Kiyoru

Prénom :Hinata

Âge : 16 ans et demi

Nationalité :Française

Sexe : Trans ///BAM// non non même si on peut avoir des doutes c'est un garçon

Sexualité : Il souhaite être hétéro et le croit du moins tente d'y croire bien que son attirance va indéniablement aux hommes.

Taille : 1m68

Poids :50 kg

Année d'étude : Seconde année


II. Portrait du Personnage


Description Physique :


Vous voyez le flamand rose?Grand mince et terriblement effilé ? Et pourquoi donc est il ainsi ? Ce grand oiseau aux plumes couleur barbe à papa ? Personne n’en a vraiment une idée précise mais en tout cas chez lui c’est un fait on ne peut plus naturel. Alors quand vous croisez quelqu’un qui est aussi mince que le dit oiseau, vous réagissez comment ?

C’est mince, beaucoup trop mince, mais il s’en fiche. Tant que personne ne remarque ses côtes ou sa peau trop pâle caché par ses tenues scolaire et ses grand t-shirt les jours d’été. Personne ne l’a encore vu et il compte bien à ce que cela reste ainsi un bout de temps. Aucun ne se doutera jamais que derrière son sourire aux dent blanches, il y a un jeune complexé qui ne fuit ses problèmes quand les aggravant. 1m 68 pour 50 kg, vous en pensez quoi vous ? C’est déjà 2 kg en trop de perdu. Et ça ira crescendo, jusqu’à ce que son faible corps ne tienne plus sur ses jambes aux faibles mollets et que ses bras ne puissent plus soulever un sac trop lourd. C’est le départ vers l’enfer….

Soyez imaginatif et représentez vous une grande forêt quelques courtes minutes. Vous percevez ces grandes étendues d'un vert profond, ces grand arbres aux feuilles qui semblent se tâcher d'auburn et de jaune à l'automne. Quand le soleil, y joue,que l'on y marche la journée, alors que l'astre brillant y passe ses rayons, l'ambiance créé nous donne l'impression d'être isolé du reste du monde, pour le meilleur comme pour le pire....Elles sont froides, ces couleurs et pourtant elles peuvent être terriblement chaudes.

Des cheveux plutôt longs et en batailles, souvent emmêlés suite à une nuit de fantasme dans le lit pendant laquelle on se tourne et on se retourne. Exigeant à brosser, les pics d’un peigne s’y cassant régulièrement. Soyeux ? peut être un peu. Aussi épais qu’une chaudière même en pleine été? Pour sûr. Heureusement les sourcils sont fin un minimum grâce à des rendez vous régulier chez l’esthéticien . Une texture assez agréable à la couleur brun châtain. Il aurait pu être plus mal loger même si sa tignasse graisse vite. Des yeux, deux pupilles aux reflets constamment joyeux, pourtant à bien y regarder elles sont vides, deux coquilles qui imitent tant bien que mal les pétillements de rétine que l’on fait quand on est content et que l'on voudrait sauter de joie. Vous voulez voir ses prunelles d’un vert extravagant s’animer? Rien de tel qu’une soirée de plaisir pour qu’elles se mettent à vous brûler du regard.


Une statue de cristal, ce n’est jamais parfait, il suffit d’un ricocher raté et c’est terminé. Bien que délicatement ciselée, elle arrive très rarement à être parfaite un peu comme le visage des humains . A la différence que la brillance, la luminosité et la façon dont elle nous contemple font qu’elle est bien plus belle.

Des oreilles plutôt petites, et un nez fin et droit au bout en trompette fourni directement de la ligne maternelle. Ils ne sont pas affreux à posséder et il les porte sans trop de mal. Là où cela devient difficile, c’est quand on remarque que son visage un peu rond -faisant penser à un tout juste adolescent- provient directement de la ligne paternel, ou alors quand on découvre que le front et le menton délicat proviennent aussi du géniteur masculin. Cela il ne s’y fait vraiment pas et refuse haut et net de le confirmer. Ses doigts longs et graciles se posent sur ses ourlées de chairs rose, légèrement pulpeux et distingués, la seule chose qui soit un mélange des deux, un attrait unique créé par le soit disant union de deux corps amoureux.

Description mentale

Vous percevez les sourires, les rires, la joie et cette individu vous semble plus stupide qu’un agneau tellement il est maladroit. Vous avez beau le frapper, le torturer, lui en faire baver il y a toujours ce sourire, ce sourire si doux et pourtant si agaçant qui orne les lèvres du garçon couvert de bleus le menton enduit de sang. On lui dit mais pourquoi tu reste ainsi ? Pourquoi pleure tu en souriant ? Et lui il répond « parce qu’il faut toujours sourire ».

Lui c’est ainsi, il ne s’arrête jamais, parce que cesser de courir, arrêter d’être curieux, se confiner dans son désarroi, oublier que l’on est pas seul au monde et que ici bas chaque sourires équivaut à de l’or, c’est mourir à petit feu. Il a toujours pensé de cette manière tirant son éducation de sa mère qu’il aimait tant. Il est facile de s’abandonner à son passé, à sa tristesse, oui se laisser tomber en poussière au final c’est simple. Mais continuer de vivre en gardant le regard tourné vers l’avant c’est nettement plus dur et peut y arrivent. Il ne prétendra pas faire partie de ceux là mais il s’efforcera de l’être. Hinata n’a jamais demandé grand chose, aujourd’hui il voudrait juste pouvoir se faire un ami à qui se confier, à qui parler, avoir quelqu’un contre qui il pourrait pleurer. On le frappe souvent. Parce qu'il est de faible constitution sans doute, il a abandonné depuis bien longtemps l’idée de comprendre pourquoi les gens de son âge s’amusent à le martyriser. Parce qu’il ne sait pas se défendre ou parce qu’il est différent aucune importance. Il essaye, fait de son mieux pour ne pas tenir compte du regard de ses alter égo humains et des menaces. Il affiche toujours ce masque de fausse joie la plupart du temps.N’accordant aucun cris de douleur à ses agresseurs réguliers, juste cette mine niaise qu’il le fait passer pour un attardé. Si il reste comme cela, c’est pour lui même, pour sa mère, pour les gens qui l’aime actuellement inexistant, pour ses convictions, pour lui même.


Avez vous compris ce qui signifie paraître tout le temps joyeux ? C’est camoufler ses propres sentiments, et cela veut également dire mentir dans un deuxième temps. Et pour être capable de faire croire que l’on est un pauvre idiot qui pense que tout le monde est beau, il faut être un bon voir un très bon acteur dont le jeu moitié vrais moitié faux paraît d’un naturel étonnant. Alors si on vous pose la question ou si vous vous la posez, oui il est un excellent menteur….


Une apparence, mais alors que cache vraiment ses pensées ? Peut on dévoiler ses secrets profonds ? Il souffre, il souffre énormément, les humiliations qui s’enchaînent, la solitude, et cette torture permanente de devoir contenir les brûlantes ardeurs qui lui tailladent le bas ventre, les refoulant chaque secondes alors que le désir se fait plus intense, plus intime et que ses nuits sont emplis de corps chauds, de doigts enlacés, de souffles mêlés, d’unions passionnés. Et il s’en mord la peau jusqu’au sang, se griffe et s’en cogne la tête aux murs quand il est seul, avant de s’écrouler en pleurant de tout son soul, se vidant de tout ses regrets, ses peurs, ses hontes, et de savoir que lui aussi, il est comme ça. Il ne veut pas l’accepter et psychologiquement il perd la route, parce qu’il hait cette homme, il le déteste et il voudrait tant n’avoir rien en commun avec lui. Cette idée le consume de l’intérieur, elle est son démon, sa destruction personnelle. Lui qui c’est toujours mieux entendu avec les personnes plus âgés, à agir ainsi il devient véritablement le gamin pour lequel il se fait passer. Mais Hinata n’y peut rien, se sentir attiré par les hommes n’est ce pas un péché? une calomnie? il n’aurait jamais crut que cela lui arriverai à lui même (ou plutôt recommencerai) en arrivant sur cette île. Et il ne sait pas vraiment quoi faire, surtout qu’il lui arrive bien de prendre les devants avec excitation, il est quelque peu pervers de nature et se restreindre de cette façon va finir par le faire craquer. Surtout qu’il ne cesse pas de se demander, avec qui il le ferait et quel effet les jeux qu’il imagine en rêve aurait vraiment…Quel tableau de ce pauvre enfant innocent…


Aime: Hinata aime la littérature et la noix de coco ainsi que le nutella, il ne rechigne jamais à participer à différentes activités mais à tendance à se sentir mal à l'aise en groupe. Son fruit préféré et la mangue, et la femme qu'il aime encore le plus aujourd'hui c'est sa mère. Evidemment on dit cela comme ça mais pour savoir ce qu'il aime vraiment, il faudrait l'étudier de fond en comble et passer de nombreuses journées en sa compagnie.

Aime pas: Il déteste tout ce qui est amer, et bien qu'il le cache vit très mal les moqueries qu'il subit depuis l'âge de trois ans. Il déteste particulièrement les relations homosexuel (du moins fait tout pour s'en convaincre) et s'affirme homophobe si on lui demande. Il n'y a personne qui l'exècre juste des souvenirs. Pour lui son père est mort, peu importe les appelles que celui ci passe, ou la volonté qu'il a à le contacter, il l'ignore. Ainsi si vous lui demandez la raison ou le pourquoi du comment, ne vous attendez pas à une réponse il éludera la question en trébuchant sur un caillou imaginaire.



IV. Derrière le clavier


Comment avez-vous connu le forum ? Double compte (et ouais =w=)

Quel sera votre présence sur 10 ? 7/10 voir 8/10

Si vous avez des remarques ou des réflexions à faire sur le forum : Nope

Le codé présent dans le règlement : J'aime les takiyoki *SBAFF* non non : [Code bon by Josh]


Dernière édition par Hinata Kiyoru le Sam 10 Oct - 11:48, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Elias
Elève de troisième année
avatar

Messages : 558
Emploi/loisirs : Etudiant
Uke or Seme ? : Hein ? De Quoi ?

Feuille de personnage
Âge du Personnage: 18 ans
Petit ami:
Autre : :

MessageSujet: Re: Parce que l'on doit toujours sourire (Finis)   Dim 9 Aoû - 16:18

Bine bien bien fiche validé, je m'en occupe tout de suite, n'oublie pas ta demande de chambre et re bienvenu sur le forum ^^

_________________
Ne nous soumets pas à la tentation...

Mais délivre nous du mal...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnat-hotaru.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Parce que l'on doit toujours sourire (Finis)   Mer 12 Aoû - 23:52

(désolée pour le double post alors que la fiche est finis est validé T_T mais je voulais poffiner mon histoire qui étais un brouillons pour moi.)

Histoire

Votre histoire en 15 lignes minimum :

Tout à démarré bien après la naissance de Hinata Kiyoru, il ne semble pas nécessaire de décrire l’événement de sa venue au monde en détaille qui se passa tout à fait normalement. En huit heures d’atroces souffrances pour sa délicieuse génitrice dont les cheveux d’un auburn qu’il porte aujourd’hui était alors relevés en chignon pour la soulager de la chaleur qui régnait dans la petite pièce blanche. A l’intérieur de laquelle elle se devait d’exposer son vagin dilatée à des inconnus appelés sage femmes et médecins. Ce dans le but d’expulser son chérubin de ses cuisses maculées de sang. Ensuite il y eut le rejet du placenta, et bien d’autres affaires qui ne concernent que les parents du bébé et que nous n’exposeront pas sinon le moment où les les larmes dévalant ses joues rosit par l'effort la mère pris sont enfant dans ses bras et murmura dans les oreilles de celui ci le prénom qu’elle lui avait choisie pour la première fois. Ensuite alors que le père rejoins la chambre, les cheveux noir de jais en bataille et la mine pâle nous allons faire un bond trois ans plus tard.



Oui, trois ans après lors de son entrée à la maternelle. Il était alors fier, son sac à dos orange sur le dos et sa salopette bleu comme habit, oui il était fier, de devenir un grand comme le lui disait affectueusement Marlène sa maman. Le premier jour un lundi pluvieux, il avait un pas dans la cour où d’autres enfants jouaient, leur souriant lui et ses dent édentés du à quelques une qui n’avaient pas encore poussées, curieux mais bon,....il y a toujours une rencontre quand on est petit que l'on fait et qu'on ne peut pas oublier. Elles ne tournent pas forcément à la belle romance ou à l'amitié, ça peut être le début d'une haine réciproque. Cet exemple en témoigne. Hinata ne lui avait jamais parlé, et ce gamin aux cheveux roux non plus. Où est ce que cette dispute de petits gamin à commencé? Dans la cour de l'école vers cinq heures de l'après midi alors que l'on devait emmener les derniers mini écoliers présent à la garderie. Pour bien comprendre le pourquoi du comment de la dispute il faut savoir que Hinata avait en sa possession un adorable lapin rose appelé Scampy. Vous savez ce genre de peluche à la fourrure duveteuse, à l'odeur enivrante et fleurit que l'on aime et qui nous berce remplaçant les bras chaud et protecteur des parents. Il adorait ce morceau de tissus et de laine, l'emportait partout et le faisait même rouler sur des petites voitures. Il faut dire qu'il était beau, avec ses grand yeux noir bleu et sa petite queue blanche et toute touffu. Sans parler des grandes oreilles tombante au possible que l'on s'amuse à tirer et à mâchouiller. Bien sur un tel objet attire les convoitises quoi de plus normal? Le rouquin du nom de Jess, lui aussi aimait beaucoup la peluche du rejeton des Kiyoru. Dans un geste tout gentil et guilleret il alla quémander le droit de toucher l'animal artificielle, droit qui lui fut refusé par un gosse égoïste qu'était alors Kiryu Hinata à l'époque. Vous devinez la suite? Eh bien oui cela ne plut pas au fameux Jess qui s'empressa de tenter de lui arracher le jouet des mains à renfort de hurlement. Il s'en suivit une bataille mémorable à coups de morsure et de griffes et de tirage du pauvre doudou qui finit en morceaux sur le sol. Quand les surveillantes vire cela, elles punirent un seul des petit garçons turbulent, celui qui avait tendance à causer des soucis? Vous voyez lequel non? Dés l'instant où il fut le seul réprimander Jess se mit à haïr Hinata et sa rancœur s'accrut au file des années.


Quand Hinata parvint en Ce2 il crut pendant un temps que son enfer allait se terminer. Car depuis l'accident « lapin battle » des élèves c'étaient progressivement mis à le persécuter avec pour chef, le fameux vous savez ennemi juré du pauvre propriétaire de Scampy. Au début personne ne s'en soucier, c'était des disputes anodines, on excluait le jeune des jeux, on lui piquait son goûter, on lui mettait des fourmi et autres insectes dans le cartable, on le faisait trébucher et encore plein de petites crasse dans ce genre là. Rien de bien méchant comme disait les adultes, ça leurs passera se sont des enfants. Enfin, on avait beau dire celui qui souffrait à travers cette « ijime » collectif comme on appelle ça au Japon, c'était bien lui. Alors qu'il était anéantis mal grès sa mère qui lui disait de sourire et de ne pas s'en faire, la seul chose qui eut le don de le réjouir vraiment c'est quand il apprit que son bourreau déménageait. Inutile de dire qu'il ne sauta pas de joie, il se mit même à danser dans la cour de bonheur. Enfin libre! Libre! Comme il disait. Grossière erreur, les autres se chargèrent de prendre la suite. Et à vrais dire alors qu'il était en Cm2 allant vers ses 11 ans ça faillit même virer au drame. Un petit groupe de cinq avait réussis à emprunter des balais à un maître d'école, ou subtiliser aucune idée fixe. En tout cas, le résultat n'était pas glorieux, utilisant ceux ci sur le pauvre Hinata qui reculant ne vit pour éviter les coups ne voyait pas la cage d'escalier en pierre, descendant qui servait à rejoindre le self. Il ne dut son salut qu'à Amandine. Amandine c'était une petite nouvelle anglaise à la peau bronzé et aux cheveux délicieusement bouclé d'un blond doré radieux. Elle parlait pas français Amandine ou très peu, tout le monde l'aimait avec son petit accent british comme qui dirait. Elle sentait la cannelle et la vanille et portait de jolie robe couleur crème avec des souliers d'un blanc neige toujours soigné et entretenu. Elle était un peu dédaigneuse et pimbêche le menton levé en l'air. Mais il y a une qualité qu'il lui reconnaissant volontiers, elle, elle ne s'abaissait pas à lui faire diverses menaces et ne pratiquait pas l'amusement collectif de la classe à le torturer. Elle préférait lui lancer un regard froid et méprisant. C'était la princesse Amandine tout le cœur des garçons battait pour elle. Alors cette après midi là quand elle intervint en leurs faisant signe de la suivre, et qu'ils abandonnèrent bout de bois et balais, Hinata ne fut jamais aussi content de l'avoir eu pour camarade de classe.



Là où et l'ironie c'est que l'année suivante, Amandine repartait et Jess au grand désespoir de Hinata revenait pour le collège comme il l'avait appris par hasard à la suite d'une conversation. Autant dire qu'il eu bien du mal à cacher ses crises d'angoisses à ses parents qu'il ne voulait inquiété pour rien au monde. Il savait à quel point Marlène et Yosuke serait déçus. Pourtant à sa grande surprise en Septembre rien ne lui arriva, les autres le laisser seule et ne s'occuper plus de lui même Jess, il en était heureux. Si il avait su....le mois d'octobre alors qu'il ne se doutait plus de rien, on le fit sois disant appeler d'après les dire de Cassandra la délégué au quatrième étage. Lui qui pensait que plus rien n'allait se passer tomba droit dans l'embuscade prévu à cette effet. Le saisissant par les épaules une fois là haut on n'entreprit de le ruer de coups, le faisant tomber à terre, son nez se cassant sous un mauvais coup de poing, sa bouche aux lèvres éclatés répandant du sang carmin sur le macadam. Mais le pire c'était Jess lui était bien plus pervers même à douze ans et il lui réservait un autre sort. Le faisant relever la tête, il lui dit clairement et de manière plus que vulgaire que si il voulait sans sortir il devrait lui faire une fellation sans plus attendre. La peur, l'incompréhension et le dégout. Il s'apprêtait à se résigner à accomplir ce geste dégradant quand il est intervenu. Il n'oubliera jamais, combien sa démarche élégante et ses yeux bleu foncé lui ont parus beau à ce moment là, ni combien ils sont fait glacial et dur au vu de la scène. Mr Kosara 21 ans, première année en tant que professeur de littérature. Ce fut la bouée de secours d'Hinata, sa chance, une main tendu parmi toutes celles baissés. Et il la saisit au vole sans réfléchir. Très vite, il se rapprocha de son sauveur ne le quittant pas d'une semelle, le suivant partout, entretenant de longue discutions avec lui. Ils commencèrent à passer des après midi ensemble de maître à élève bien que pour lui, il y avait déjà bien plus. Au début, il n'osa rien dire, comment aurait il pu? Amoureux d'un homme et de son professeur qui plus est...il avait peur et pourtant, rien ne serait jamais arrivé si Alex Kosara ne l'avait pas embrasser. Il lui disait que c'était une blague, sauf que celle ci revint souvent, trop souvent, ils entamèrent tous deux une relation houleuse et anormal.....




C'est en quatrième, toujours sous l'aile de celui qui n'était pas son petit ami, mais avec qui il entretenait des gestes et mots ambiguë de sens qu'il se décida à lui présenter ses parents. Ses parents étaient par ailleurs enchantée de connaître le fameuse amis bien plus que plus âgé de leurs fils. Et c'est comme ça que démarra son avant dernière année à l'établissement privée Ogapour. Tout se passa bien, et comme à chaque fois emplit de désillusion, il pensait que tout était arrangé pour de bon. Comme il faisait erreur. En mars, le 15 exactement c'était l'anniversaire de sa maman, avec qui il passait à l'occasion la journée entière. Impatient, dés neuf heures tapante, il partait avec elle sur la route pour un jour entier. Et d'ailleurs rien n'avait laissé prévoir ce qui allait se passer. Ce jours là, il y eu tout d'abord le réveille qui n'avait pas sonné. Ensuite il se mit à pleuvoir alors que Marlène et lui venait à peine de s'engager sur l'autoroute et qu'ils voulaient aller à la piscine. Leurs plus grand désarrois pointant quand la voiture tomba en panne. Et ils durent appeler la dépanneuse et le ci et le là, complètement vider, ils étaient cependant encore joyeux en arrivant chez eux. Ils allaient faire une surprise au père du garçon, et Hinata pourrait finalement voir Alex ce soir. Enhardi par cette perspective, c'est dans cette état d'esprit qu'il se précipita à la porte de l'appartement l'ouvrant en grand avec un « On est rentré!! » qui finit étranglé dans sa gorge. Les yeux écarquillés il sentit que son cœur faisait une fausse route. Là devant lui sur le canapé en cuir du salon tâché de sperme, il y avait l'homme qui l'aimait et son propre père entrain de lui faire l'amour. Il n'osait croire à cette vision d'horreur....il comprit qu'elle était réalité quand Alex détourna le regard et que sa mère hurla posant une vive main devant ses prunelles figés et vides. Comment décrire la ribambelle qui suivit. Une chose est sur Hinata sombra...Haine...Angoisse....Solitude....Il rata même les derniers mois scolaires......Sa mère ne le supporta pas...elle partit comme ça sans retour possible, le mois d'après....sans prévenir son enfant chéri, qui l'a retrouva morte dans la salle de bain de la petite case qu'ils avaient prise pour ne plus avoir à fréquenter les amants. Il ne pleura même pas, il était mort lui aussi, on ne peut plus mort. Quand on lui dit qu'il devait revenir avec son père, il refusa nette, un choix s'imposa alors à lui obligatoire, une île pour enfant à problème le pensionnat Hotaru qu'il rejoindrait après son année de troisième collège chez les frères. Vous savez, il se laissait mourir, ne mangeant rien, n'avalant rien, ne se lavant même pas.....ce qui le sauva c'est la chance, seulement la chance....dans sa poche, il y avait une lettre, une feuille volante sur laquelle des centaines de mots s'y étalaient d'une écriture fine et penchée....


Personne ne sait ce que contenait cette lettre à part lui mais dés l'après lecture, quand il revint enfin des catacombes, il souriait et aujourd'hui encore attaquant sa première en France mais sous le système nippons à Hotaru, il sourit encore....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parce que l'on doit toujours sourire (Finis)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parce que l'on doit toujours sourire (Finis)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faut toujours sourire
» Une nouvelle vie doit toujours s'accompagner d'un nouveau nom [Libre Tonnerre/Rivière]
» Parce que les meilleurs partent toujours en premier
» On m'a toujours dit qu'il fallait sourire, parce que la vie, elle est belle... L. D. Frot
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Hotaru :: Présentation des personnages :: Votre Personnage :: Fiches des élèves :: Fiche validées-
Sauter vers: