AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 L'inconnu c'est l'autre que je ne suis pas. [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



L'inconnu c'est l'autre que je ne suis pas. [Libre] Empty
MessageSujet: L'inconnu c'est l'autre que je ne suis pas. [Libre]   L'inconnu c'est l'autre que je ne suis pas. [Libre] Icon_minitimeDim 6 Juin - 7:03

Personne ne peut attacher longtemps un rêve. Shary s'était levé de son lit avec cette phrase sur le bout de la langue. Selon lui, il n'y avait que deux solutions envisageables à ce problème: Le réaliser ou bien le laisser filer en quête d'un autre rêve plus raisonnable. La réalisation d'un rêve pouvait facilement prendre l'existence entière d'un individu tant qu'on y accordait de l'importance et que l'on ne l'abandonnait pas. Shary ne se souvenait pas d'avoir un jour rêvé de quoi que ce soit, mis à part peut-être la reconnaissance de ses parents et leur amour. Ce genre de chose habituellement que les enfants n'ont pas à espérer car cela paraît tout à fait normal. Yamato avait abandonné les derniers espoirs qu'il nourrissait encore quand il était arrivé sur le continent. Il devait se montrer réaliste après vingt-quatre ans. À notre époque, il est plus facile de vivre sans son coeur. Shary était tout à fait d'accord avec ces mots puisque jusqu'ici il n'avait désiré qu'une seule chose et puisqu'il ne pouvait pas l'avoir, il était beaucoup plus facile de se fermer aux autres pour se protéger de pouvoir espérer quelque chose de futile à nouveau. Il se refusait maintenant à cette faiblesse. Le bibliothécaire avait rassemblé ses affaires parce qu'il avait prévu d'aller se promener aujourd'hui. Il soupira en constatant qu'il allait sortir de sa chambre complètement nu. Ce qu'il pouvait être tête en l'air! Il fit le chemin inverse et s'avança vers sa commode pour choisir un pantalon noir qui lui allait à merveille et une chemise blanche qu'il s'empressa de mettre après avoir vêtit son boxer de couleur noir, bien évidemment.

L'adulte brossa ses cheveux soigneusement avant de les attacher comme il en avait l'habitude avant de grimacer devant le miroir: il avait encore maigri. Le brun avouait manger peu, mais c'était surtout parce qu'il n'avait pas faim. La situation devait en être la cause. Il vivait présentement un drame en plus d'une crise d'identité. Il devait devenir l'inconnu de sa propre personne d'avant. C'était très étrange, mais pour repousser sa douleur et sa tristesse, il devait chasser son passé et vivre de l'avant en faisant de son mieux à chaque jour bien que cela soit plus facile à dire qu'à faire. L'homme passa ses mains sur son ventre en réprimant un air dégoûté; il voyait ses os! Il pinça son ventre puis le recouvra de sa chemise, incapable d'accepter qu'il devienne de plus en plus comme les mannequins du show-biz qui n'étaient que des anorexiques qui se faisaient vômir pour gagner leur vie. Il ne supportait pas le fait qu'on puisse le traiter d'anorexique et pourtant il devait avouer qu'il le pensait lui-même. Shary ferma les yeux et se dit que s'il était si complexé par ce détail, qu'il devrait vivre avec ça et l'accepter. C'était comme ça pour le moment et il n'y pouvait rien. Ce n'était pas comme s'il était au régime de je ne sais quoi ou qu'il se faisait vômir. Shary traversait une mauvaise passe et c'était tout. Il allait pas faire sa fille quand même! À cette pensée, il se mit à sourire, content de pouvoir se remonter lui-même le moral. Le brun prit son sac, le mit sur ses épaules avant de mettre ses tongues et de sortir en verrouillant la porte de sa chambre. Faisant quelques pas dans les couloirs, la sonnerie de son portable se mit à jouer et il décrocha l'appareil sans réfléchir. Ce n'est que lorsqu'il entendit la voix qu'il comprit soudainement. Qu'est-ce qui lui avait prit de décrocher bordel! Ses parents devaient l'avoir fait passer pour mort et lui comme un con il répondait simplement au portable comme un mort revenant parmis le monde des vivants pendant un appel téléphonique. Ce qu'il pouvait être con! Son interlocuteur semblait attendre qu'il lui réponde ou peut-être pas..


« J'ignore pour quelle raison cette rumeur court... mais si vous acceptez de me rencontrer disons.. au centre commercial, eh bien je ne dirai rien de ce léger accrochage Mr.Yamato. »

Un piège. N'importe qui du show-biz pourrait vous le dire. Un piège qui pue à plein nez. Il prévoyait la rencontre sûrement pour avoir son nécessaire à temps et pouvoir le piéger avec une caméra ou un appareil photo. Oui, c'était évident que ce type le prenait pour un abruti aveuglé par la peur. Cet homme se ferait un beau paquet d'argent et aurait un grand élan de publicité en peu de temps. Shary accepta sa requête sans toutefois avoir l'intension de se présenter. Il devait se débarasser de ce téléphone-là. Pourquoi n'y avait-il pas pensé avant? Il aurait pu, de cette façon, éviter ce genre de problèmes. Il raccrocha l'appareil et le rangea dans sa poche. Yamato devait trouver un endroit où décompresser et oublier cette histoire après avoir racheté un nouveau portable et se débarasser de celui qu'il avait actuellement. Le ténébreux se mit à marcher dans la ville au hasard, demandant à l'occasion la direction à des passants pour être certain de ne pas trop s'éloigner de son idée de base qui était de s'acheter un nouveau portable. L'homme aux cheveux corbeaux trouva finalement un endroit où il pourrait acheter un nouveau portable. Il connaissait bien la compagnie, ses services et ses avantages en plus. Il choisit un portable à l'allure banale sans trop d'applications et partit après avoir discuté forfaits et prix avec le commerçant qui lui avait vendu l'appareil avec facilité. Son ancien téléphone l'avait toujours dérangé par l'excentricité qu'il avait. Il ne cherchait rien de sophistiqué, mais à l'époque on s'était chargé de lui trouver un téléphone portable. Shary était content de pouvoir se débarasser de celui-là, de toute façon... même s'il donnait ce téléphone à quelqu'un, cette personne n'aurait jamais la paix... C'était un fait. Le bibliothécaire prit un certain temps à réfléchir à comment il se débarasserait de l'objet.

Ses pas l'avaient mené à la plage. Son visage se fit plus doux alors qu'une douce brise venait le caresser et les rayons du soleil le réchauffer. Une magnifique et agréable journée pour être à la plage. Il longea le bord de l'eau à la recherche d'un endroit un peu plus calme, espacé de tous ces couples. Shary repéra un espace innoccupé qui lui convena tout de suite, si bien qu'il s'y dirigea et s'asseya sur le sable chaud, retira ses tongues, laissant ses orteils se glisser dans le sable chaud. L'homme jeta un regard curieux autour de lui; les gens semblaient s'amuser entre les gens qui jouaient au volley-ball, les gens qui s'embrassaient et se tripottaient(humhum), les gens qui nageaient gracieusement dans l'étendue bleue et des autres qui se faisaient bronzer. Ceux-là Shary n'osa pas les regarder trop longtemps car la plupart d'entre eux étaient devenus aussi rouges que des homards. Shary déboutonna sa chemise jusqu'au début du torse et détacha ses cheveux afin qu'ils voltigent dans les airs avec le vent. Il adorait cette sensation. Son regard corbeau à l'expression profonde, restait maintenant rivé sur l'eau claire et n'importe qui ayant passé par là, aurait su admirer le calme et la maturité que dégageait Shary au milieu de cette foule. Le bibliothécaire aimait peut-être les livres, mais sa vie ne se limitait pas à ça. Rien au monde ne pouvait mieux l'apaiser que la nature elle-même. La prestance de l'ancien acteur ne l'avait pas quittée et beaucoup de gens s'en rendaient compte en posant leurs regards sur le mystérieux homme aux cheveux longs voltigeant dans le vent...
Revenir en haut Aller en bas
 
L'inconnu c'est l'autre que je ne suis pas. [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Je suis un libre penseur, un trublion, un emmerdeur..."
» L'amoureuse des armes (libre)
» Je suis égoiste de vouloir te garder. Mais je ne peux te laisser à un autre. # Heather
» *Mais non, je suis pas bourrée...* {Aaron au début... Puis si d'autre veulent intervenir, à vot' bon coeur :D}
» Je suis folle. Et toi?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Hotaru :: La Presqu'île :: La plage-
Sauter vers: