AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)

Aller en bas 
AuteurMessage
Yuki Kajiura
Elève de première année
avatar

Messages : 304
Localisation : Là où on a du mal à le voir...
Uke or Seme ? : Uke

Feuille de personnage
Âge du Personnage: 16 ans
Petit ami: non
Autre : :

MessageSujet: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Dim 29 Nov - 21:56

Yuki avait prit le bateau tôt le matin mais il c’était levé très tôt pour ne pas se faire prendre par ses parents. Il c’était levé à 5 heures du matin par précaution car même si c’est parents avait voulut qu’il parte mais ils n’avaient pas envie qu’il aille dans cet internat. Comme c’était sa tante qui s’occupait des signatures des papiers car c’était elle qui l’avait prit en charge depuis plusieurs années, ses parents ne pouvaient plus vraiment rien dire ou faire à part lui faire louper le bateau qui était vers 10 heures 30.
Yuki c’était levé très tôt et avait essayé de faire le moins de bruit possible. Comme sa tante et sa cousine dormaient et qu’il ne voulait pas les réveiller si tôt, il prit ses médicaments car il avait décidé de prendre le TGV pour aller au port ou attendait le bateau. Il était partit de chez lui vers 5H30, avait filé à la gare à pieds et attendait qu’il soit 6 heures pour que la gare ouvre et qu’il puisse prendre le premier TGV. A en juger par son itinéraire, il devait prendre 3 trains différents avant d’arriver au port d’où partait le bateau et si il ne se trompait pas il devait arriver vers 8 heures 30 au port il aurait donc une heure de marges devant lui. Comme il devait prendre le train et aller dans des endroits qu’il ne connaissait pas, il devait prendre ses médicaments pour pouvoir voir et savoir où il allait car si il ne prenait pas ses médicaments il ne verrait pas où il allait et donc se perdrait.
Il avait prévu plusieurs boîte de médicaments et avait même la veille été demander plus de boîte comme il partait, il avait donc un sac à dos plein rempli de ses médicaments avec une ordonnance du médecin avec un justificatif pour les raisons d’en avoir autant car il n’était pas un trafiquant. De plus comme ce qu’il avait ne lui ferait pas son année scolaires et qu’il ne comptait pas retourner chez sa tante durant les vacances scolaires, il lui avait demander d’en envoyer un carton environ tout les mois ou tout les 2 mois, il lui enverrait des lettre quand il aurait besoin d’en recevoir, et comme ses médicaments était seulement fabriqué à l’hôpital général de Tokyo, il ne pouvait pas en trouver sur l’île ni même en commander, il fallait aller voir le médecin directement.
Il avait prit le bateau sans encombre et durant son chemin d’arrivé sur l’île, il n’avait eu aucun problème, jusqu'à présent, il avait prit en tout et pour tout 3 médicament et la traversée avait durée plus de 4 heures 30 donc les effets de ses médicament n’allait pas tarder à s’estomper et comme sa n’arrête pas de faire effet d’un coup mais lentement, il avait un peu de marge avant d’en reprendre un. Il était descendu du bateau et avait récupéré ses valises sans problème, il n’avait que 2 valises, une à roulettes avec ses vêtements et une autre plus petite qu’il posait par-dessus avec le matériel qui lui avait été fournit par l’hôpital pour aveugle comme pour pouvoir lire tranquillement ce qui était écrit même si il n’aimait pas l’utilisé et d’autre truc dont il ne c’était jamais servit mais que sa tante l’avait obligé à prendre, il avait aussi mit des affaires de cours pour ne pas avoir besoin d’en acheter au début.
Dans le bateau il n’avait pas vu beaucoup de monde en même temps il était resté dans son coin pour ne pas déranger. Sur le port des gens déchargeaient la cargaison du bateau et des personnes en descendaient mais très peu. Le bateau qui faisait la traversé n’était pas très grand mais c’était normale car très peu de monde venait sur l’île à part pour le ravitaillement en aliments et matériels, enfin ce qui était nécessaire pour vivre normalement, il devait aussi descendre du bateau des gens qui vivait sur l’île qui était partit en vacances ou quelque chose comme ça.
Il se mit en route pour aller vers l’internat grâce à un plan très détaillé que sa cousine lui avait dessiné qui menait du port à l’internat, même si ce n’était pas difficile de s’y rendre, Yuki n’avait pas le moindre sens de l’orientation et comme il ne savait pas à quoi ressemblait l’internat il ne pouvait pas savoir en le voyant à part que sûrement ça devait être un grand bâtiments, mais il pouvait y avoir plusieurs grand bâtiments sur l’île donc il c’était méfié. Il avait commencé à avancer dans les rues de la ville en suivant sa carte et comme il ne regardait pas où il allait il trébucha sur un caillou et tomba, il s’écrasa de tout son long sur le sol car il ne s’attendait pas à tomber. Dans sa chute, il avait lâché son plan et il se dit à lui-même à voix haute :

Je peux peut-être voir mais même si je ne voyais pas je serais tombé, sur ce coup voir ne ma servit à rien.

Tout en disant cela, il c’était mit à genoux et avait entendu une de ses boîtes de médicaments tombé, quand il se retourna, il vit plusieurs de ses boîtes par terre, son sac à dos c’était ouvert ou plutôt la fermeture avait cassé pour 2 raisons la première son sac était très vieux et la fermeture était difficile à fermer et aussi parce que il avait pris tellement de médicaments que son sac était plein à craquer, la fermeture n’avait pas dût supporter le choc de plus. Il réussit à ramasser beaucoup des boîtes qui étaient tombées mais il lui en manquait plusieurs et elles ne devaient pas être utilisé n’importe comment à cause de leurs effets négatifs. Quand il les compta il remarqua qu’il lui en manquait une dizaine et comme il était dans une montée, elles avaient put roulée jusqu’en bas car celle qu’il avait ramassé avait été arrêté par ses valises et d’autres étaient dans un sens telle qu’elle ne pouvait pas roulée jusqu’en bas. Il se demandait si il allait pouvoir les récupérer et si il ne pouvait pas il préférait qu’elle tombe dans l’eau pour que personnes n’en prenne. Comme son sac était fichu, il ne savait pas ou ranger celles qui lui restait car ses valises était pratiquement pleine, son sac à dos était certes très petit mais il avait réussi à mettre dedans une cinquantaine de boîtes de médicaments. Il avait put en ranger dans ses valises pleine une trentaine mais il lui en restait une dizaine en main et une autre dizaine qu’il devait retrouver, sa n’allait pas être facile à transporter de plus si on le voyait entrer dans l’internat avec ses médicaments il allait avoir des problèmes. Il allait se mettre à se torturer la tête pour trouver un moyen de récupérer les boîtes manquantes et de les rangers avec celles qu’il avait quand il entendit le bruit d’un pot rempli d’objet, il espérait que c’était ses médicaments et qu’il y ai plusieurs boîte mais il ne voulait pas qu’on croit qu’il se droguait avec des médicament car ce n’était pas le cas et il n’osait pas se retourner, il était toujours à genoux avec ses 10 boîtes de médicaments qu’il n’arrivait pas à ranger et attendait de voir ce qui allait arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Mer 2 Déc - 19:51

Cette nuit, intenable insomnie


Wilwarin n’avait pas pu dormir cette nuit là. Pourquoi ? Il ne le savait pas lui-même. Il savait parfaitement bien que ce n’était pas le jour de la mort de Matthew mais, il n’avait pas pu dormir. Il était donc rester debout à regarder la télé ou à lire ainsi qu’à composer des mélodies pour guitare.

La folie me guette
Je suis ce que je fuis,

Je subis, cette cacophonie
Qui me scie la tête
Assommante harmonie


Wilwarin à présent, marchait en long en large et en travers dans son appartement. Il fallait qu’il trouve une occupation pour son jour de congé ! Il allait devenir fou sinon ! S’il ne faisait rien, ses vieux souvenirs allaient revenir l’assaillir et lui donner un mal de crâne à réveiller les morts et à le faire hurler et pleurer de douleur. Ses souvenirs était les dents d’une scie qui lui vrillait l’esprit. Certains étaient chaleureux, doux et apaisant, d’autres étaient si douloureux que l’on voudrait se roulé en boule et se balancer d’avant en arrière et ne plus sortir de chez nous. Et dehors, le soleil brillait. Certes, depuis peut de temps mais cela lui semblait insoutenable alors que lui, ressassait des choses aussi grise qu’un jour de pluie.

Elle me dit, tu paieras tes délits,
Quoi qu’il advienne,
On traîne ses chaînes ses peines
Ses peines


Oui, oui c’est vraie … la vie fait mal et nous enchaînes dans nos souffrances, nos mauvais souvenirs. On les traîne comme des boulets. Mais, ne dit-on pas, « ce qui ne tue pas nous rend plus fort » ? Oui … oui mais « ce qui ne tue pas » nous fragilise aussi et ne nous donne plus envie de rire ou même de sourire.

[….]

L’ennemi tapi dans mon esprit
Fête mes défaites,
Sans répit me défie

Je renie la fatale hérésie
Qui ronge mon être
Je veux renaître
Renaître


L’ennemi de Wilwarin était lui-même … ou plutôt l’ombre de lui-même. Oui, c’est cela, un sombre Wilwarin était né lorsqu’il avait perdu l’être qu’il avait aimé le plus au monde. La joie de vivre, le bonheur l’avait quitté. Aujourd’hui, il essayait de retrouver tout cela, car, derrière son sourire, il y avait une grande tristesse. Wilwarin essayait de toujours être celui qu’il avait été avec Matthew, ses amis(es) et son Maître mais il n’y arrivait pas vraiment.

[…]

Pleurent les violons de ma vie
La violence de mes envies
Siphonnée symphonie

Déconcertants concerto
Je joue sans toucher le do
Mon talent sonne faux


Si on comparait sa vie, on la comparerait à une musique triste à pleurer. Une musique sans âme, sans talent particuliers, ni goût. Un goût fade apparut dans sa bouche et il n’en pu plus. Il fallait vraiment qu’il sorte, changer d’air que l’air étouffante de son appartement ne pouvait pas lui donner.

Il sortit donc de son appartement et courut, courut, courut sans s’arrêter jusqu’à ce qu’il sente un point de côté apparaître. Il se plia en deux et posa ses mains sur ses genoux afin de pouvoir tranquillement reprendre sa respiration. Lorsque cela fût fait, il regarda où il était. Le port. L’endroit où, un an plus tôt il était arrivé. Il entendit quelque chose glissé et tombé jusqu’à ses pieds. Il se baissa et le ramassa. Une boîte de médicament ? Qui avait bien pu laisser tomber cela ? Cela pouvait être dangereux si quelqu’un qui ne connaissait rien aux médicaments en prenait alors que c’était contre indiqué pour cette personne ! D’autres boîte glissèrent jusqu’à lui. Des dizaines. Exactement les même en plus. Il chercha quelque chose dans lesquels les ramasser et un vieux pot de fleurs s’offrit à sa vue. Il ramassa les médicaments et les posa dans le pot avant de revenir là où il était et de lever la tête vers la pente. Si cette personne tenait à ces médicaments, peut-être était-elle encore là ?

C’était bien sa journée à Wilwarin. Non pas qu’il ne voulait pas aider cette personne, bien au contraire mais il avait des pensées négative et le regard un peu triste et si cette personne s’apercevait de la deuxième chose, il lui demanderait probablement pourquoi. Mais enfin, il devait absolument redonner cela à son propriétaire.

Il monta donc la pente et vit un jeune homme à genoux sur le sol entrain de ramasser ses médicaments. Il ne le regardait pas mais Wilwarin sentait qu’il l’avait entendu arriver. Il s’accroupit à ses côtés et l’aida à finir de ramasser ses médicaments avec un sourire amical et doux. Il en mit dans le pot de fleur avant de le lui tendre et de lui dire :

Bienvenue. J’espère qu’en tombant vous ne vous êtes pas fait mal. Vous êtes nouveaux et vous avez trébuché, ce qui a entraîné votre chute, et la fermeture de votre sac à dos s’est cassé et vos médicaments sont tombés et certains ont glissé. Je me trompe ?

Non, il ne se croyait pas plus fort ou intelligent qu’un autre mais qu’en il était arrivé, il avait vu le sac à dos et compris que le jeune homme avait trébuché à la position de son corps. Les arts-martiaux étaient aussi fait d’observation et c’est pourquoi il avait vu cela. Il sourit au jeune homme. Il se releva et lui tendit la main afin de l’aider à se relever.


[HRP : Les paroles au centre sont celles de l’Assassinphonie de l’Opéra Rock Mozart, bon, la chanson n'est pas en entière, il manque la fin et le refrain ^^ !
HRP 2 : Désolée, j‘ai fait long mais je me suis sentie inspirée, j‘espère que cela ne te dérange pas et que cela te conviens ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kajiura
Elève de première année
avatar

Messages : 304
Localisation : Là où on a du mal à le voir...
Uke or Seme ? : Uke

Feuille de personnage
Âge du Personnage: 16 ans
Petit ami: non
Autre : :

MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Mer 2 Déc - 21:50

La personne qui était arrivé avec les médicaments était un homme et il avait aidé Yuki à finir de ramasser ceux qu'il restait. Yuki était assez content que quelqu’un l’aide alors il fit lui aussi un petit sourire en retour, l’homme n'avais pas posé de questions, Yuki pensait qu'avec la vu d'autant de médicaments il aurait posé des questions, après tout on pouvait s'imaginer plein de choses si quelqu'un avait autant de médicaments mais dans le cas de Yuki personne ne pouvait imaginer la vrai raison.

L’homme qui l’avait aidé avait mit les médicaments dans un pot de fleur, Yuki était soulager de pouvoir trouver quelque chose pour pouvoir les transporter. Il mit les boîtes de médicaments qu’il avait ramassées dans le pot et pris celui-ci dans ses mains puis dit :

Merci.

L’homme qui l’avait aidé dit :

Bienvenue. J’espère qu’en tombant vous ne vous êtes pas fait mal. Vous êtes nouveaux et vous avez trébuché, ce qui a entraîné votre chute, et la fermeture de votre sac à dos s’est cassé et vos médicaments sont tombés et certains ont glissé. Je me trompe ?

Yuki était un peu surpris, il se demandait comment cette personne pouvais le savoir à moins qu’il ait vu toute la scène ce qui était probable mais en tombant il ne se souvenait pas qu’il y avait quelqu’un autour de lui, il était d’ailleurs tout seul dans la rue. Mais c’était logique de penser qu’il était tombé mais pour la fermeture de son sac c’était un peu moins évident en fin bon Yuki ne s’inquiétait pas trop pour ça, il était content qu’on l’ai aidé.

Vous ne vous trompez pas, c’est exactement ça.

L’homme se releva et tendit sa main à Yuki, il la prit mais assez maladroitement car il était en train de comprendre que les effets du médicament qu’il avait prit commençaient à s’estomper, il l’avait remarqué car il avait eu du mal à prendre la main de l’home, il l’avait prit en décaler avant de pouvoir bien la prendre, quand les effets commencent à s’estomper, il a du mal à situer les distances et aussi si ses mains ne sont pas décalées par rapport à l’objet, si il situe les objets trop à gauche alors qu’il sont à droite et plein d’autre problème du genre. Il prit la main de l’homme et se releva puis il sortit de sa poche sa boîte de médicaments qui était commencé tout en l’ouvrant et calmement il dit :

Merci de m’avoir aidé. Excusez-moi mais je dois en prendre un maintenant.

Les effets des médicaments commençaient par s’estomper doucement donc il avait du mal à le remarquer puis ensuite s’accélérait. Souvent quand il le remarquait c’était soit quand il commençait à ne vraiment plus voir soit quand les effets s’estompaient rapidement. De plus quand les effets des médicaments s’estompaient, l’expression de ses yeux changeait également, quand les médicaments faisait effets, ils ne montraient aucun sentiment, aucune expression, ils étaient comme morts, alors que quand les médicaments ne faisait pas effets, ses yeux était comme les yeux des autres, avec des expression. Il ne restait que 2 médicaments dans sa boîte, ils atterrirent tout les deux dans sa main et allait les avalés mais il se souvint qu’il devait attendre que les effets des médicaments ce soit totalement dissipé avant d’en prendre un autre si il n’était pas dans une situation d’urgence ou délicate, car ça pouvait lui causer des problèmes. En attendant que les effets soient complètement dissipés il dit :

Excusez-moi mais, est-ce que vous savez ou se trouve le pensionnat, j’ai perdu le plan que j’avais.

Yuki était toujours tranquille, il avait l’habitude de devenir aveugle doucement mais personne qui ne soit au courant de sa cécité ne savait qu’il prenait des médicaments, ça avait toujours été un secret mais comme il allait être dans un pensionnat les gens allait bien le découvrir, il ne c’était pas encor totalement préparer à ce qu’on découvre son secret en faite il voulait le cacher le plus longtemps possible. Il se demandait si l’homme qui l’avait aidé était du pensionnat et il avait oublié de se présenter.

Je m’appelle Yuki, je viens d’arriver.

Yuki, en plus de se demander pourquoi cet homme n’avait pas posé de question à propos des médicaments, il se demandait comment il allait réagir sur le faite que Yuki prenne un médicaments tout de suite et sans eau et aussi comment il réagirait en apprenant que Yuki était aveugle de temps en temps si il pouvait dire ça comme ça. De plus, Yuki c’était présenté mais il n’aurait peut-être pas dut, il ne savait pas qui était cet homme même si il l’avait aidé, et il ne savait pas non plus comment il allait réagir, l’homme pouvait penser que Yuki faisait du trafique étant donné qu’aucune indication était inscrite sur la boîte a part que c’était dangereux d’en prendre plus de 5 par jour. Mais il n’osait pas demander à la personne en face de lui si elle avait des questions à lui poser à propos des médicaments. Il resta muet en attendant de pouvoir prendre son comprimé et en attendant également la réaction de l’homme en face de lui.

[HRP : Ne t'inquiète pas pour la longueur, c'était sympa à lire et excuse-moi d’avoir mit si longtemps à répondre.^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Jeu 3 Déc - 20:54

Wilwarin aida le jeune homme à rassembler les médicaments tomber sur les pavés du sol. Lorsqu’ils eurent finit, le nouveau le remercia. Wilwarin lui sourit avec douceur. Toujours près à aider se Wilwarin, cela le perdra peut-être un jour qui sait. Lorsqu’il eu fait sa déduction, le jeune garçon le regarda avec un air totalement étonné qui le rendait très mignon. Wilwarin n’éclata pas de rire, cela n’aurait pas été très polie de sa part. En revanche il souriait. Pas un sourire moqueur ou prétentieux, un bon sourire jovial et convivial. Il lui confirma sa pensée et il leva son bras en l’air en disant :

Cool, je ne me suis pas trompé ! Je suis sur qu’il serait fier de moi !

Il eut un sourire tendre en pensant à son Maître car c’était bien lui que désignait le « il ». Wilwarin s’entraînait tous les jours aux arts-martiaux afin de ne pas perdre la main et d’entretenir à la fois son corps et sa santé. Et puis, cela lui faisait un bien fou.

Il était légèrement partit dans ses pensées mais cela ne l’empêcha pas de tendre un main amical au jeune garçon. Celui-ci eut du mal à la saisir. Il avait probablement des problèmes de vue. Afin de ne pas le perturber dans sa recherche de sa main, Wilwarin en bougea pas. Le jeune homme réussit cependant à la prendre et il le souleva sans difficulté, un vraie poids plume. Puis, il sortit une boîte de médicament pour en prendre deux dans sa main et de regarder de nouveau Wilwarin et de lui dire qu’il devait en prendre. Wilwarin sourit et lui dit :

C’est tout naturel. Faites, faites, on ne joue pas avec sa santé !

Wilwarin se souvenait qu’une de ses sœurs était continuellement malade. Il savait que les médicaments qu’elle prenait était pour renforcer les cellules de son corps qui n’était pas assez fortes. Bref … il savait que c’était important de bien se soigner et c’est pourquoi il fallait que le jeune homme le fasse. Néanmoins, contrairement à ce qu’il avait dit, il ne les prit pas. Y avait-il un problème ? A moins qu’il fallait une heure bien précise pour les médicaments.
Il lui demanda où se trouvait le pensionnat et Wilwarin sourit en lui répondant :

Je peux vous accompagner si vous le souhaiter, je suis en repos aujourd’hui. Si vous voulez je peux aussi vous faire visiter la ville et les endroits qui s’y trouvent. Et puis, ainsi, je pourrais vous aider à porter vos valises qu’en pensez-vous ?

Puis il se présenta. Yuki … un bien beau prénom. Wilwarin sourit et s’inclina légèrement, comme le faisait les japonais (alors qu’il n’en était pas un) et lui dit ensuite :

Je suis Wilwarin. Enchanté de faire votre connaissance Yuki-san.

Il se redressa toujours souriant. Puis, il posa ses yeux sur la main du jeune homme, main qui contenait les précieux médicaments et se sentit soudain gêné. Il lui demanda donc :

Heu … si vous voulez que je me retourne quand vous prenez vos cachet, je le ferais, certaines personnes n’aiment pas que l’ont voit prendre des médicaments. Heu … sans paraître indiscret, si vous ne voulez pas me répondre vous n’êtes pas obligé mais à quoi vous servent vos médicaments ?

Il se sentit rougir de honte. Quel idiot ce Wilwarin ! Pourquoi il lui avait demander cela ? C’était personnel non d’un chien ! Il lui demanda donc pardon avec un sourire confus peint sur son beau visage égratigner par une cicatrice sous son œil rouge.


[HRP : Merci du compliment ! Et, ce n’est pas grave ^^ là c’est moi qui te demande pardon pour le temps de réponse ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kajiura
Elève de première année
avatar

Messages : 304
Localisation : Là où on a du mal à le voir...
Uke or Seme ? : Uke

Feuille de personnage
Âge du Personnage: 16 ans
Petit ami: non
Autre : :

MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Jeu 3 Déc - 22:16

« il » Yuki ne comprenait pas pourquoi l’homme en face de lui disait il mais sa ne l’inquiétais pas, tout le monde a un passé et il n’étais pas très curieux, lui-même avait caché son passé à beaucoup de personne alors il comprenait que certain chose devais rester secrète, et l’home en face de lui n’avait pas l’air troublé en ayant parler de lui ou du moins il souriait enfin c’est ce que Yuki croyait car comme il avait du mal a bien voir il n’était pas très sûr de lui.

Quand Yuki avait dit qu’il devais prendre ses médicaments et que l’homme en face de lui dise que c’était naturel, il fut un peu surpris et qu’il rajoute qu’on e jouait pas avec sa santé le gêné un peu car ses médicaments n’était pas vitale pour lui, il permettaient juste à Yuki de voir pendant un lapse de temps variable. Mais il fut content que celui-ci ne trouve pas sa gênant.

En attendant de pouvoir prendre son médicament Yuki avait demandé la direction du pensionnat et la personne en face de lui dit :

Je peux vous accompagner si vous le souhaiter, je suis en repos aujourd’hui. Si vous voulez je peux aussi vous faire visiter la ville et les endroits qui s’y trouvent. Et puis, ainsi, je pourrais vous aider à porter vos valises qu’en pensez-vous ?

La proposition de l’homme ne gênait pas Yuki, même si celui ne se promènerait s’en doute pas beaucoup dehors autre des jours de cours on quand il pourrait prendre ses médicaments mais il voulait quand même découvrir la ville dans la quel il vivrait normalement pendant 3 ans. Yuki répondit assez joyeusement :

D’accord. Je veux dire si vous n’avez rien d’autre à faire pendant votre jours de congé je serais ravit que vous me fassiez visiter la ville.

L’homme en face de lui se présenta en s’inclinant ce qu’il avait oublié de faire mais il oubliait parfois, après tout, il avait quitté jeune le japon et là où il avait grandit, la culture n’était pas la même qu’au Japon. L’homme s’appelait donc Wilwarin :

Enchanté. Vous n’êtes pas obligé de vous incliner vous savez.

Avait-il dit gêné car lui ne l’avait pas fait. Sa vu étais assez flous mais il distinguait bien les grands mouvements, cependant il avait du mal avec les expressions du visages ou où les yeux se posait, c’est pour ça qu’il ne remarqua pas que Wilwarin regardait les médicaments qu’il avait dans sa main et qu’il fut assez surpris quand celui-ci dit :

Heu … si vous voulez que je me retourne quand vous prenez vos cachet, je le ferais, certaines personnes n’aiment pas que l’ont voit prendre des médicaments. Heu … sans paraître indiscret, si vous ne voulez pas me répondre vous n’êtes pas obligé mais à quoi vous servent vos médicaments ?

Se retourner, ça ne dérangerait pas Yuki étant donné que quand il prendrait son comprimé il ne verrait rien. Cependant il sentit dans le ton de sa voix que celui-ci était un peu gêné et quand il demanda pourquoi Yuki prenait des médicaments, l’expression du visage de celui-ci changea un peu, il avait maintenant une ex pression assez solennelle, même si Wilwarin avait dit qu’il n’était pas obligé de répondre, Yuki n’avait pas put voir l’expression du visage de celui-ci et ne voulait pas mentir ou échapper à la question, après tout, à l’internat il devrait sûrement expliquer ça a plein d’autre personne, élèves, professeurs, surveillants. Mais il n’était pas préparer et ne savait pas vraiment quoi dire, Car sortir de but en blanc qu’il était aveugle par moment faisait bizarre et il ne voulait pas attiré la pitié enfin, il devrait bien trouver une façon de le dire étant donné qu’il devrait le dire à plein d’autre personne un jour ou l’autre.

Vous n’avez pas besoin de vous retournez, ça ne me dérange pas qu’on me voit et puis moi je ne vous verrais pas quand je prendrait et des comprimé.

Yuki était troublé, il avait dit ça mais ce n’étais pas vraiment ce qu’il voulait dire et ça n’expliquait pas la raison de pourquoi il devait prendre les médicaments. Il réfléchit quelque instant pour essayez de se calmer et aussi de trouver une solution de rattraper sa maladresse et d’expliquer ce qu’il venait de dire. En serrant sa main dans la quel il tenait ses comprimés il dit :

Je suis…Par moment je suis…aveugle.

Il avait dit ça très calmement mais il était stressé. Sur un ton assez paniqué il ajouta :

Je veux dire, par moment ce n’est pas exactement ça mais en même temps ça l’ait. A cause d’un accident, les médicament...euh…j’ai des problèmes de vu et je deviens aveugle ou plutôt je suis aveugle mais…les médicaments m’aide à voir…c’est à cause d’un accident.

Comme il était paniqué, il avait dit tout ce qu’il voulait dire dans le désordre et ne savait plus ce qu’il avait dit ni si il n’en avait pas dit assez. Il essaya de se calmer du mieux qu’il put et assez gêné, il leva la tête et il s’efforça de sourire vers Wilwarin. Il voyait de plus en plus flou, un voile noir commençait même à se déposer sur ses yeux, c’était le moment qu’il détestait le plus même si il était habitué et c’était aussi pendant ce moment que ses yeux retrouvait une expression normale on pourrait même dire une expression de vie. Il pourrait bientôt prendre un comprimé, même si le fait de pouvoir bientôt retrouver la vue le relaxait, il s’inquiétait de la réaction de Wilwarin à propos de ce qu’il venait de dire, après tout une personne qui est aveugle et qui peut retrouver la vue par moment ce n’étais pas banale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Sam 5 Déc - 15:34

Le jeune homme accepta sa proposition ce qui rendit joyeux Wilwarin. D’une pierre deux coups. En effet, il pourrait aider quelqu’un tout en oubliant sa mini-dépression de se matin. Voilà pourquoi c’était « d’une pierre deux coups » ! Il sourit au jeune élève et lui répondit :

Je n’ai rien à faire de ma journée, ne vous inquiétez pas ! Et puis, cela me fais toujours plaisir d’aider les autres donc, cela ne me gêne pas !

Nouveau sourire joyeux. Il mit sa main devant sa bouche afin de bailler. Il n’avait pas dormit de la nuit et commençait et ressentir les effets de cela mais il accompagnerait tout de même le jeune homme comme il le lui avait promit, cela lui ferait aussi oublier la fatigue.

Les deux protagonistes se présentèrent et Wilwarin rajouta l’inclination japonaise. Le jeune homme lui demanda de ne pas s’incliner et Wilwarin rigola en disant :

Désolé, je commence à prendre les habitudes japonaises mais si vous le voulez vraiment, je ne m’inclinerais plus !

Ben oui … Son Maître lui avait expliquer les us et coutume du Japon, lui avait apprit son histoire, la langue et les arts-martiaux et de plus, cela faisait près d’un an qu’il vivait sur cette île japonaise.

Puis, Wilwarin ne pu retenir la question qui lui brûlait les lèvres depuis qu’il avait vu les comprimés. Tout de suite après il le regretta et se gifla intérieurement pour sa curiosité. Le visage de Yuki, souriant jusqu’à présent avait laissé la place à un jeune homme sérieux et triste. Malgré tout, même si Wilwarin lui avait dit qu’il n’était pas obligé de répondre, il le fît. Il lui répondit que cela ne le dérangeait pas qu’il se retourne ou non quand il prendrait ses comprimés car il n’y verrait rien. Wilwarin ne réagit pas immédiatement. Le jeune homme reprit la parole et Wilwarin comprit alors sans que Yuki s’explique plus. Néanmoins, le jeune homme le fît. Il avait l’air de perdre ses moyens s’embrouillant dans un méli-mélo d’explication sans queue ni tête.
Wilwarin le regarda. Il lui souriait un peu timidement mais avait l’air encore paniqué. Le gardien du zoo posa une main sur l’épaule du jeune aveugle et lui dit :

J’ai compris … j’ai compris. Ne paniquez pas, tout va bien.

Dans sa voix il n’y avait que douceur et sincérité. Dans ses yeux il y avait de la compassion mais pas de pitié car il savait ce qu’était qu’être différent. Il lui dit :

Vous savez, moi aussi je suis assez différent des autres. Vous le verrez quand votre vue sera de nouveau là.

Il parlait bien sur de ses cheveux et de ses yeux ainsi que de sa cicatrice sous son œil mais également de son homosexualité qui, sur cette île n’était pas vu comme une maladie dégoûtante et où les homosexuel n’était pas vu comme des montres mais, le jeune homme ne pouvait pas savoir que Wil’ était homosexuel.
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kajiura
Elève de première année
avatar

Messages : 304
Localisation : Là où on a du mal à le voir...
Uke or Seme ? : Uke

Feuille de personnage
Âge du Personnage: 16 ans
Petit ami: non
Autre : :

MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Sam 5 Déc - 23:11

Yuki ne voulait pas déranger mais comme Wilwarin avait dit qu’il n’avait rien à faire il se sentait soulagé au moins de ça. Pour ce qui concerne les coutumes japonaises, Yuki ne voulait pas obliger son interlocuteur à ne plus les faire, seulement lui en avait perdu l’habitude et comme au collège, il n’avait pas de problème et ne parlait pas autres élèves, il n’avait jamais eu l’occasion de les reprendre. Il dit :

Je ne vous y oblige pas c’est juste que je n’ai plus l’habitude de m’incliner et je ne veux pas que vous vous incliniez devant si je ne le fait pas, c’est tout.

Après que Yuki ait expliqué la raison pour laquelle il prenait des médicaments il paniquait et se méfiait de la réaction de Wilwarin. Quand il sentit celui-ci poser sa main sur son épaule il se demandait ce qui allait se passer et paniquait puis il entendit celui-ci dire :

J’ai compris … j’ai compris. Ne paniquez pas, tout va bien.

C’était la première fois qu’il parlait de son histoire à quelqu’un et il ne savait pas à quel réaction il s’attendait mais quand il comprit que Wilwarin ne repoussait pas les personnes avec ce genre de problème, il se demandait si c’était de la pitié ou non, il ne savait pas ou n’arrivait pas à entendre dans le ton de la voix de son interlocuteur quels sentiments celui-ci avait et comme le voile qui se déposait devant ses yeux était de plus en plus sombre, il ne pouvait pas voir les sentiments qui ressortaient dans les yeux de celui. Puis quand il entendit celui-ci dire :

Vous savez, moi aussi je suis assez différent des autres. Vous le verrez quand votre vue sera de nouveau là.

Yuki ne comprenait pas de quoi son interlocuteur parlait, il l’avait bien entrevue au début et n’avait pas remarqué grand-chose même si à ce moment la ses yeux commençait à s’éteindre il pouvait remarqué des choses même si il n’avait pas fait très attention étant donné qu’il voulait à tout prix récupérer ses médicaments. Le voile sur ses yeux étant complètement tombé et il ne voyait maintenant plus rien. Dans sa main serrée se trouvaient ses deux comprimés. Il en remit un dans la boîte et avala celui qu’il avait gardé d’un coup sans eau et sans attendre. A force d’en prendre souvent en urgence il n’avait pu besoin de prendre de l’eau ou un quelconque liquide avec. Les médicaments ne faisaient jamais effets tout de suite, il devait toujours attendre un peu avant mais même si il fallait du temps avant que les médicaments agissent, il fallait moins longtemps à Yuki pour retrouver Yuki que pour la perdre car quand il commençait à voir sa allait ensuite très vite, le voile noir sur ses yeux disparaissait en moins de 30 secondes en moyenne et ensuite sa vue flou devenait très vite claire. D’ailleurs c’était ce qu’il lui fallait étant donné que quand il prenait ses médicaments c’était pour les cours ou lors d’urgences, il ne pouvait donc pas rester trop longtemps sans voir.

Le voile sur ses yeux commençait enfin à se lever. Yuki releva la tête et la tourna vers Wilwarin sa vue qui était flou se rétablissait et on le voyait très bien même sans être à sa place car l’expression de vie qu’il avait dans ses yeux quand il était aveugle devenait en recouvrant la vue sans expression ou plutôt comme si il ne voulait plus vivre, c’était un des effets secondaires des médicaments mais ce n’était pas très important pour Yuki car même si la joie ou la tristesse ne se reflétait pas dans ses yeux il pouvait toujours verser des larmes de tristesse ou de joie et il pouvait aussi continuer à rire et à sourire.

Il recouvrait la vue et quand il commença à voir presque complètement clair il remarque une sorte de marqua sous l’œil de Wilwarin. Ensuite il recouvra complètement la vue et vu clairement que c’était une cicatrice. Il fut surpris mais ne trouvait pas ça horrible. Il remarqua aussi la différence de couleur des yeux et trouvait assez beau même si ce n’était peut-être pas voulut, au moins on voyait des expressions dans ses yeux qu’on ne voyait pas dans les yeux de Yuki, d’ailleurs il enviait ou aimait beaucoup les gens dont on pouvait voir les expressions dans les yeux, c’est d’ailleurs en regardant bien les yeux de Wilwarin qu’il comprit que celui ne ressentait pas de pitié pour lui et sa lui fit plaisir, il fit même un sourire pour le remercier. En regardant un peu moins en détails en en prenant une vue général de son interlocuteur, il voyait que celui-ci avait les cheveux blancs. Avec un œil rouge et les cheveux blancs, Wilwarin faisait penser pour Yuki à une sorte de sourire et Yuki trouvait sa très beau. Peut-être que ce n’était toujours pas voulut la couleur des yeux et des cheveux mais Yuki trouvait sa très beau. Il dit sur un ton normal mais avec le sourire :

Vous m’aviez dit qu’en retrouvant la vue je remarquait ce qu’il y avait de différents chez vous et c’est vrai.

Yuki s’arrêta, il se demandait si il aurait dut dire ça, il se demandait si il n’avait pas blessé son interlocuteur, Yuki était souvent du genre à dire tout ce qu’il pensait mais en évitant de dire des choses qui pouvait faire souffrir ou en évitant de trop dévoiler ses sentiments. Yuki aillant peur d’avoir dit des bêtises il ajouta rapidement mais sincèrement :

Mais j’aime bien la couleur de vos yeux et de vos cheveux, je trouve ça très beau.

Yuki aillant peur d’avoir chiqué Wilwarin en étant aussi directe dit :

Je suis plutôt directe et je dis souvent ce que je pense. Je m’excuse si je vous ait choqué ou surpris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Sam 5 Déc - 23:47

Le jeune homme ne voulait pas le déranger dans ses habitudes. C’était gentil de sa part. Il faut dire que Wilwarin n’était pas typé japonais mais plutôt américain-français puisqu’il était métissé entre ces deux là. Mais lorsqu’on a passé son enfance et le plus longtemps possible dans les quartiers de Chinatown avec un très grand Maître des arts-martiaux, on prenait rapidement les coutumes des japonais et on pensait parfois être japonais, c’est dire ! Enfin, c’était son impression. Il sourit et lui dit :

Vous n’êtes pas non plus obligé de vous incliner vous savez. Je ne suis pas un japonais pure souche … en fait je n’ai pas la moindre goutte de sang japonaise pourtant, je me sens japonais, c’est étrange n’est-ce pas ?

Cela pouvait le paraître aux yeux des autres mais pour lui c’était comme qui dirait normale. Il adorait ce beau pays qu’était le Japon et détestait ce qu’avait fait les américains sur Nagasaki et Hiroshima pendant la seconde guerre mondiale. Enfin … ce n’était pas le moment de penser à tout ceci.

Puis, le jeune homme lui expliqua en paniquant ce qu’il lui arrivait et Wilwarin essaya de l’apaiser avec un main sur l’épaule de Yuki ainsi que les paroles qu’il avait dites.

Wilwarin avait de plus en plus l’impression que les yeux du jeune homme reprenait vie alors qu’ils devraient être mort puisque, aveugle. Mais, apparemment, chez lui, c’était le contraire. Lorsqu’il voyait ses yeux étaient mort et quand il ne voyait plus, ils étaient vivant. Que cela fait bizarre. Mais cela ne dérangeait pas Wilwarin. Après tout, il y avait tant de chose étrange que l’on ne s’expliquait pas dans la vie … Les deux garçons se turent comme s’ils attendaient quelque chose. En attendant, Wilwarin regarda le ciel bleu et respira un grand coup. Il fredonna afin que le silence ne devienne pas trop pesant. Il n’aimait pas beaucoup se genre de silence.

Quelques instants plus tard, en périphérie de sa vision, il vît un mouvement de la part du jeune arrivant et comprit qu’il allait bientôt retrouver la vue grâce à ses cachets. Le vent souffla emportant avec lui l’air marin revigorant d’une belle journée. Les muscles de Wil’ et tout son être se détendirent. L’air marin était vraiment le meilleur air avec celui de la montagne. Il regarda de nouveau le jeune homme qui semblait le détaillait et il lui sourit. Il avait du, à présent remarquer toutes les différences qu’il avait sur lui.

Le jeune homme reprit la parole, lui renvoyant ses propres mots et il sourit. Oui, ça pour être différent, il l’était mais, cela ne le dérangeait pas. Il cultivait même cette différence, ce qui énervait beaucoup ses parents d’ailleurs. Mais bon, il était ainsi Wil’. Puis il reprit qu’il aimait ses yeux et Wil’ ne put empêcher une certaines rougeur monter à ses joues. Cela lui faisait plaisir. Peu de personne lui avait dit ces mots. Puis Yuki s’excusa et Wilwarin ne pu s’empêcher de rire. Pas un rire moqueur ou méprisant, pas du tout, un rire normal.

J’aime les gens directe et franc et, de ce point de vu là, nous sommes pareilles. Je vous remercie Yuki de m’avoir dit cela !

Il avait ressentit toute la sincérité dans la voix du jeune homme et cela l’avait vraiment toucher. Il lui en était vraiment reconnaissant.

Bien, je pense qu’il est temps de visiter la ville mais d’abord, je pense qu’il serait préférable d’aller poser vos affaires au Pensionnat, qu’en dites-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kajiura
Elève de première année
avatar

Messages : 304
Localisation : Là où on a du mal à le voir...
Uke or Seme ? : Uke

Feuille de personnage
Âge du Personnage: 16 ans
Petit ami: non
Autre : :

MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Dim 6 Déc - 1:23

Le faite que Wilwarin se sente japonais alors qu’il n’en étais pas un ne choquait pas Yuki, lui-même qui était au contraire 100% japonais et bien qu’il adore ce pays, n’était habitué au coutume japonaise alors qu’il était née au japon sans y grandir complètement, car il est partit très jeune en Europe pour le travail de son père.

Je ne trouve pas ça étrange, c’est comme ça qu’on ressent les choses on y peu rien.

En attendant que Yuki puisse prendre ses médicaments, un silence avait fait place et il entendit ensuite Wilwarin fredonner une chanson pour briser le silence. Ensuite Yuki avait retrouvé la vue et regardait Wilwarin en détail. Il avait dit ce qu’il pensait même si il n’aurait peut-être pas dut dire certaine chose, enfin, c’est ce qu’il pensait mais quand il vit Wilwarin rougir légèrement Yuki comprit qu’apparemment ce qu’il avait dit ne l’avait pas rendu triste ou quelque chose comme ça. Après s’être excusé de ce qu’il avait dit, il entendu Wilwarin rire et celui avait répondu :

J’aime les gens directe et franc et, de ce point de vu là, nous sommes pareilles. Je vous remercie Yuki de m’avoir dit cela !

Apparemment la franchise de Yuki ne le gênait, il pourrait donc s’exprimer plus librement en sa présence qu’avec d’autres personnes d’autant plus qu’il connaissait son secret. Ensuite, Wilwarin proposa de commencer la visite de la ville mais qu’avant il devrait poser les affaires de Yuki qui était plutôt encombrante c’est vrai et surtout Yuki tenait toujours dans un de ses bras le pot de fleur avec environ vingt boîtes de médicaments et si il se baladait en ville avec sa pourrait causer des problèmes, les gens se retournerait sur lui et se demanderaient ce qu’il faisait avec autant de boîte de médicaments. Yuki répondit avec un sourire :

Vous avez raison on ferait mieux d’aller d’abord au pensionnat pour que je dépose toute mes affaires qui son plutôt encombrante.

Yuki se sentait un peu mal à l’aise de demander à quelqu’un qui l’avait aider de l’aider encor un peu plus, il se sentait redevable et le vouvoiement qu’avec Wilwarin envers lui le gênait car il était plus âgé que lui et Yuki avait du mal à accepter le vouvoiement pour cette raison.

S’il vous plaît, pourriez vous arrêtez de me vouvoyez, je veux dire que sa me met plutôt mal à l’aise.

Yuki se méfiait, il ne savait pas si il aurait dut dire sa comma sa, il ne voulait faire de peine à personne et donc ne voulait pas dire des choses qui pouvait blesser des gens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Dim 6 Déc - 13:38

Oui, Wilwarin se sentait japonais mais savait que jamais il n’en serait vraiment un. Néanmoins, parfois, il se plaisait à croire à cela, comme si c’était réel. Il eu un sourire. Le jeune Yuki lui répondit qu’il ne trouvait pas cela étrange du tout, et cela rassura l’homme aux cheveux blanc comme neige. Il avait parler avec sagesse pour une personne aussi jeune que lui.

Vous avez raison. Il y a bien de façon de ressentir et de voir les choses.

Oui … seulement, beaucoup de la population mondiale ne voyait que leur propre intérêt, leur propre vie, ne supportait pas la différence et ne se fiait qu’à leur yeux et pas vraiment aux yeux de leur cœur, comme Wil’ le faisait parfois. C’était ainsi et ce n’était pas maintenant qu’ils changeraient tous. Ils étaient trop ancré dans leur petites habitudes.

Puis, le jeune homme recouvra la vue et lui dit sans mentir ce qu’il pensait. Un jeune homme directe, droit et franc. Des traits de caractères que Wilwarin aimait beaucoup. Il n’aimait pas ceux qui parlaient derrière son dos ou qui disait du mal des autres sans que la personne concerné soit présente. Cela l’horripilait grandement. Il lui dit donc que sa franchise ne le gênait absolument pas et qu’il préférait cela. Cela eu l’air de surprendre un peu Yuki mais c’était ainsi.

Puis, Wilwarin proposa d’aller au pensionnat poser les affaires avant de visiter la ville, ce qui serait probablement mieux. Apparemment, le nouvel arrivant était d’accord avec lui. Wilwarin baissa les yeux sur le pot de fleur et sourit. Oui, décidément, il se ferait repérés rapidement et seraient arrêtés pour trafique de narcotique ou drogue. Il ne tenait pas vraiment à passer par la case prison sans avoir le droit à ses salaires.

Alors que Wilwarin allait se baisser pour prendre une valise, Yuki lui demanda de ne pas le vouvoyer. L’homme aux yeux vairons le regarda étonné pendant quelques instants avant de lui sourire et de dire :

Très bien Yuki. Mais vo … tu … ne doit pas te sentir mal à l’aise pour cela !

Il lui fit un clin d’œil complice avant de prendre ses deux valises et le sac à dos qui traînait encore sur le sol. Ainsi, Yuki serait peut-être plus à l’aise. Cela ne le gênait pas de porter tout cela. Il l’avait déjà fait avec ses propres valises et sans l’aide de personne alors, il pouvait bien aider un jeune homme aussi sympathique que le jeune homme non ?

Allons-y !

Il lui sourit et commença à marcher. Il ne marchait pas trop vite car ses jambes étaient bien plus grande que celles de Yuki et il pourrait facilement le perdre s’il n’y prenait pas garde. C’est pourquoi il avançait au rythme du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kajiura
Elève de première année
avatar

Messages : 304
Localisation : Là où on a du mal à le voir...
Uke or Seme ? : Uke

Feuille de personnage
Âge du Personnage: 16 ans
Petit ami: non
Autre : :

MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Dim 6 Déc - 18:41

Wilwarin avait approuvé Yuki sur le fait de ressentir les choses d’une certaine façon. Après que Yuki est dit ce qu’il pensait et que Wilwarin lui répondit que sa ne le dérangeait, celui-ci proposa ensuite d’aller au pensionnat a fin de poser les affaires de Yuki ce qu’il approuva, Yuki vit Wilwarin regarder le pot de fleur, soit celui-ci pensait comme Yuki, soit il pouvait penser qu’avoir autant de médicaments était un peu trop mais heureusement pour Yuki, enfin je pense, Wilwarin ne savait pas que Yuki avait une trentaine d’autres boîtes dans ses valises.

Yuki demanda ensuite à Wilwarin de ne pas le vouvoyer celui-ci accepta mais lui dit de ne pas se sentir mal à l’aise pour ça. Wilwarin avait prit les valises de Yuki, et lui avait fait un clin d’œil et Yuki fut un peu gêné, il rougit légèrement à son tour car il n’avait plus l’habitude d’être en compagnie d’homme ou de garçon, il avait été pendant à peu près trois ans, c’est-à-dire toute la fin de ses années de collège avec sa tante et sa cousine et n’avait pas été en contact avec les élèves comme il se mettait à l’écart, les seuls hommes qu’il avait côtoyé en trois ans était les médecins de l’hôpital qui s’occupait de lui et avec lesquels il n’avait pas beaucoup parler sauf peut-être celui qui pensait qu’il fallait que Yuki fasse attention avec les médicaments à cause de certains effets secondaires sur le cerveau.

Wilwarin commença ensuite à avancer vers l’internats, il marchait à l’allure de Yuki pour ne pas que celui-ci s’éloigne trop et se perde, Yuki n’avait pas un très bon sens de l’orientation et était en effet plus petit que Wilwarin, Yuki ne faisait d’un mètre cinquante quatre et Wilwarin faisait environs trente centimètres de plus que lui, il y avait donc une grande différence de taille entre eux.

Yuki était donc à côté de Wilwarin entrain de marché et était passé devant plusieurs boutiques, Yuki avait du mal à croire qu’il puisse y avoir autant de magasin sur l’île où il n’y avait qu’un internat, il y avait vraiment de tout. Ils avaient continuer à avancer dans l’île mais Yuki se sentait toujours un peu mal à l’aise de laisser Wilwarin porter toute ses valises, et comme il marchait et il se disait que les valises devait commencer à être lourde au bout d’un moment, Yuki ne voulait pas que Wilwarin porte toute ses valises surtout qu’elles devait être lourde et qu’elles étaient plutôt encombrante et surtout la plus grande avec ses vêtements, Yuki dit alors :

Je ne veux pas que vous portiez toutes mes valises, laissez-moi au moins prendre mon sac à dos et ma petite valise ou alors que je prenne la plus grande. Elles doivent commencer à être lourde et je ne veux pas vous embêter plus.

Yuki tendit son seul bras libre car l’autre contenait le pot de fleur, il le tendit vers un de ses sacs pour le prendre mais ne le tira pas pour éviter de faire tomber ses affaires et pour éviter de dérager Wilwarin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Mar 8 Déc - 19:59

Ahhhh … Wilwarin se sentait bien mieux maintenant qu’il avait quelque chose à faire. C’était vraiment super de pouvoir aider les personnes autour de soit, et puis cela l’aidait même s’il aimait beaucoup la nature et ses habitants les animaux. Les animaux du zoo et lui avaient une sorte de lien invisible, comme s’ils étaient toujours ensemble même quand Wilwarin partait de son travail. Les animaux le sentait arriver et partir. Ils savaient à quel heure il partait et arrivait. Ils l’accueillaient toujours avec le regard levé vers lui généralement.
Mais, rien ne vaut la compagnie humaine quand on est humain. C’était quand même plus simple pour communiquer. Même si les humains avaient leurs défauts, ils pouvaient montrer des qualités superbes s’ils le voulaient bien. Mais vraiment quand ils le voulaient hein …
Ou là … notre gardien de zoo et musicien/chanteur était partit à l’ouest là. Il faut le faire revenir au nord. Voilà ! Bien Wilwarin !

Donc, l’homme à la cicatrice prit les bagages du jeune Yuki et commença à marcher en rythme avec ce dernier. D’une part parce qu’ils n’avaient pas les même jambes et d’autre part parce que Yuki devait être fatigué du voyage et lui même était un peu fatigué de sa nuit blanche. Mais enfin, il pouvait tenir. Cela ne le gênait pas. Ils marchaient à travers les rues et Wil’ jeta un coup d’œil à Yuki, sans tourner la tête vers le jeune homme. Il remarqua sa surprise et sourit. Il n’y avait pas qu’un Pensionnat ici. Il est vrai qu’à l’origine cela devait être un Pensionnat mais maintenant, une véritable ville uniquement composé de garçon s’était développer sur l’île. Il le lui expliquerait lorsqu’ils s’asseyeraient dans un parc après avoir bien marché, sirotant des jus de fruit par exemple. Il connaissait un excellent endroit pour cela. Bref, pour le moment, ils n’y étaient pas.

Puis, quelques instants plus tard, le jeune homme lui demanda s’il pouvait prendre une valise afin de le décharger quelque peut et Wilwarin sourit et lui dit :

Ce n’est pas si lourd que cela, mais si tu y tiens !

Il s’arrêta en plein milieu du trottoir. Heureusement, il n’y avait pas beaucoup de monde dans les rues. Il déposa doucement les valises qui ne roulaient pas et enleva précautionneusement le sac à dos donc la fermeture était cassé. Il le lui donna ainsi que la petite valise avant de reprendre sa marche, toujours un sourire collé sur son visage blanc. Ce jeune homme lui semblait très sympathique.

Il tourna à gauche et tendit la main devant lui pour montrer un très grand bâtiment loin devant :

Voici ta nouvelle école et ton nouveau chez toi ! J’espère que tu t’y plaira !

Il était vraiment magnifique se bâtiment, afin, d’après Wilwarin mais peut-être que Yuki n’aimerait pas son architecture. Bon, il est vrai que Wilwarin n’a jamais pénétré dans cette enceinte et donc ne connaissait pas l’intérieur.

Ils reprirent leur marche et malgré le fait que le Pensionnat soit éloigné, ils y arrivèrent rapidement. Merci les raccourcis ! Il posa les valises de Yuki sur le sol et lui dit :

Pas trop fatigué de tout cela ? Si tu l’es trop, on peut reporter la visite à un autre jour. Moi, cela ne me dérange pas de te faire visiter la ville, cela me fais faire du sport.

Puis il rigola et murmura :

Sinon, je vais grossir et c’est pas bon ça !

Il rigola de nouveau. Pff … ce Wilwarin, il avait quand même un drôle d’humour quand il s’y mettait … Vraiment … S’il était d’accord pour que Wil’ lui fasse le tour de la ville, il partirait prendre de quoi payer ainsi que son instrument afin de pouvoir jouer quand ils se reposeraient. Oui, bonne idée. Bon, faudrait qu’il se dépêche mais bon, courir, il aimait ça alors … cela ne le gênait pas plus que cela.
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kajiura
Elève de première année
avatar

Messages : 304
Localisation : Là où on a du mal à le voir...
Uke or Seme ? : Uke

Feuille de personnage
Âge du Personnage: 16 ans
Petit ami: non
Autre : :

MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Mar 8 Déc - 22:57

Après que Wilwarin et Yuki aient commencé à avancer dans la ville, Yuki demanda si il pouvait prendre quelque s’un de ses sacs et Wilwarin accepta, ils s‘arrêtèrent et Wilwarin redonna à Yuki son sac à dos et sa valises avec son matériel à l’intérieur, Wilwarin avait gardé celle à roulette qui devait être la plus lourde, puis ils se remirent en route pour le pensionnat.

Après avoir prit un tournant à gauche, Wilwarin montra le pensionnat de sa main, et dit qu’il souhaitait que Yuki si plaise. Yuki acquiesça d’un signe léger signe de la tête, en effet lui aussi espérait si plaire, c’était la première fois qu’il allait en pensionnat et qu’il s’exposait lui et son secret et pendant longtemps il avait appréhendé, il craignait la réaction des élèves à propos de sa cécité mais l’attitude qu’avais eu Wilwarin après avoir été mit au courant l’avait un peu rassuré, il espérait que beaucoup des personnes qu’il rencontrerait pourraient accepter sa cécité même si sa les gênait un peu, il ne voulait pas qu’on se moque de lui, ce qui ne serait pas du tout sympa, ou qu’on le traite différemment des autres.

De l’extérieur, le pensionnat avait tout à fait l’air normal et ne semblait pas dégradé ou en mauvais état, mais le pensionnat était assez loin, il était possible que Yuki ne voie pas les plus petits détails après tout de loin on ne peut pas toujours tout voir et comme il ne l’avait jamais vu avant il ne pouvais pas savoir, cependant même de loin, il semblait plutôt magnifique.

Ils continuèrent à avancer vers le pensionnat, une fois arrivé devant, Wilwarin déposa les affaires de Yuki au sol et lui dit que si il était fatigué il pouvait reporter la visité à plus tard et que lui ça ne le dérangeait pas. Cependant pour Yuki sa ne serait pas facile car à part pour les jours de cours il devait éviter de prendre des médicaments et ne voulait pas se risquer à désobéir aux recommandation du médecin. Yuki entendit Wilwarin rire et celui-ci murmura quelque chose que Yuki ne put entendre parfaitement et il se remit à rire, Yuki se demandait pourquoi Wilwarin pouvait rire, il avait peut-être pensé à quelque chose de drôle.

A la question que Wilwarin lui avait posé avant de commencer rire Yuki répondit :

Ne vous inquiétez pas pour moi, je ne suis pas très fatigué et je n’ais pas envie de vous embêtez un autre jour avec la visite de la ville. Alors si sa ne vous dérange vraiment pas je suis toujours partant.

Même si Yuki c’était vraiment levé tôt rien que pour échapper à ses parents, une fois réveillé, il ne se rendormait pas avant qu’il ne soit couché dans son lit, même si aujourd’hui il découvrirait une nouvelle chambre et un nouveau lit et qu’il devait rangé ses affaires, il préférait prendre son temps. Yuki dit :

Je vais aller poser mes valises dans ma chambre en faisant le plus vite possible.

Yuki prit ses affaires et avec un sourire adressé à Wilwarin il ajouta :

J’y vais-je, reviens vite.

Yuki se dirigea vers l’internat, il passa le portail, traversa la cour qui menait au hall d’entrée où se trouvait l’accueil. Pendant qu’il avançait dans cette cour, il regarda l’extérieur du bâtiments et même la cour, et tout était magnifique. Il poussa la porte du hall d’entrée et atterrit dans une salle très clair et très belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Mer 9 Déc - 17:38

Wilwarin espérait sincèrement que Yuki se plaise dans son Pensionnat. Il espérait qu’il s’y ferait plein d’amis qui accepteraient sa différence et le protégeraient des intolérants et des brutes. Il le lui souhaitait sincèrement car lui, il n’avait pas eu beaucoup d’amis(es) dans sa vie, juste Matthew (bien qu’il ai été bien plus qu’un simple ami pour lui), Cheyenne, Tsubasa, Moana, son Maître et quelques personnes du dôjo mais sans plus. Il n’avait jamais été bien accepter par les autres et était continuellement persécuté par eux. Mais lui, il n’en avait que faire et les ignoraient superbement car il aimait ce qu’il était et avait un moral d’acier en ce temps là. Mais, est-ce que pour Yuki cela sera pareille ? Il l’ignorait. Le jeune homme avait l’air si fragile vu comme ça ! Mais il savait bien qu’il ne fallait pas se fier aux apparences. Le jeune homme pourrait montrer une grande force lorsqu’il le faudrait, il en était convaincu.

Puis, ils arrivèrent non loin du pensionnat que Wilwarin désigna avant de continuer sa route. Ils arrivèrent devant la nouvelle maison de Yuki et Wilwarin déposa sur le sol ce qui appartenait au nouvel élève avant de lui dire que s’il le souhaitait, s’il était trop fatigué pour cela, il pourrait remédier la visite de la ville à un autre jour mais Yuki ne sembla pas d’accord sur ce point et le lui fît savoir. Il lui sourit et lui répondit :

Cela ne me dérange toujours pas et je ne changerais pas d’avis en route, je ne suis pas ainsi.

C’est vrai, lorsqu’il avait prit une décision, généralement il s’y tenait. Têtu le Wil’ !
Le jeune homme lui annonça qu’il allait déposer ses bagages dans sa chambre et Wilwarin hocha la tête et dit :

Je suis désolé de ne pas pouvoir t’aider plus que cela. Je ne suis pas autorisé à entrer dans le pensionnat puisque je ne suis pas un membre du staff comme on dit.

Il lui rendit son sourire et lui répondit :

Très bien. Moi même je vais aller chercher quelque chose donc, si je ne suis pas revenu, attend moi devant le portail. Mais, je ne serais pas long.

Il le regarda s’éloigna. Il échauffa ses jambes et ses chevilles avant de commencer à courir. Il était très rapide et connaissait à présent la ville comme sa poche. Il arriva donc rapidement à son appartement qu’il ouvrit. Evidemment, Wilwarin était essoufflé. Il prit une sacoche, y enfourna ses papiers d’identité et son porte feuille contenant carte bleu et argent liquide. Il l’attacha à sa taille avant de ranger sa guitare dans sa protection. Il ne fît pas attention, mais des papiers entrèrent dans la protection ainsi qu’un crayon. Ces papiers étaient en fait une chanson qu’il essayait d’écrire avec la partition également. Il sortit de nouveau de chez lui, ferma la porte et retourna en courant au Pensionnat. Cela lui avait prit environ 10 minutes.
Arrivé au Pensionnat, devant le portail il s’arrêta et posa ses mains sur ses genoux, courbé en deux afin de retrouver son souffle et d’oublier son point de côté. Mais enfin, il avait fait du sport et c’était cela qui comptait à ses yeux, le point de côté et le souffle court, il s’en fichait comme de son premier bavoir.
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kajiura
Elève de première année
avatar

Messages : 304
Localisation : Là où on a du mal à le voir...
Uke or Seme ? : Uke

Feuille de personnage
Âge du Personnage: 16 ans
Petit ami: non
Autre : :

MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Jeu 10 Déc - 18:37

Quand Yuki avait dit qu’il était toujours partant pour la visite de la ville Wilwarin lui répondit que sa ne le dérangeait pas et qu’il ne changerait pas d’avis, après ça, Yuki prit ses affaires pour aller les emmener dans sa chambre et Wilwarin s’excusa de ne pas pouvoir l’aider plus comme il ne faisait pas partit du pensionnat. Yuki fut légèrement surpris, jusqu'à maintenant Wilwarin l’avait beaucoup aidé et si il ne travaillait pas au pensionnat il n’y pouvait rien et Yuki dit :

Tu m’as déjà beaucoup aidé.

Après avoir prit ses affaires et dit qu’il ferait vite, Wilwarin lui dit qu’il devait aller chercher quelque chose et que si il n’était pas revenu quand Yuki sortirait du pensionnat, il devrait l’attendre Yuki avant de partir répondit :

D’accord, prenez votre temps, je risque de mettre un peu de temps.

Puis Yuki toujours avec son sourire partit vers le pensionnat, il arriva dans le hall et la ne savait pas par où aller, il demanda à l’accueil et la personne lui donna le numéro de sa chambre. Yuki se dirigea vers les chambres en se dépêchant. Il avait eu un peu de mal à arriver jusqu’au chambre car ses valises l’avait un peu gêné même il ne l’avait voulait. Dans le couloir où il y avait les chambres il cherchait le numéro de sa chambre et il avait eu du mal à la trouver. Il ouvra la porte avec la clé qu’on lui avait donnée à l’accueil, regarda la chambre et posa ses affaires dans un coin qui ne gênerait personne car il ne savait pas encor si il partageait sa chambre avec quelqu’un. Il sortit de la chambre et la referma à clé puis se dépêcha de descendre les escaliers. Il prit le même chemin que pour venir mais en sens inverse. Il arriva de nouveau dans le hall d’entrée et sortit ensuite dehors, il avait mit longtemps pour monter ses valises en haut et même pour trouver sa chambre sa n’avait pas été facile.

Quand il arriva au portail, il vit Wilwarin qui était arrivé en courant et qui reprenait son souffle, lié en deux. Il vit qu’il avait avec lui une sacoche autour de la taille et sur son épaule, il portait un sac qui devait contenir une guitare étant donné que le sac avait la forme d’une guitare. Il poussa le portail et s’approcha de Wilwarin et dit en souriant :

Vous n’aviez pas besoin de courir.

Yuki ne voulait pas que Wilwarin se dérange pour lui mais le fait qu’il ait couru et se soit dépêché gênait un peu Yuki. Il dit sur un ton un peu gêné mais toujours en souriant :

Prenez votre temps pour reprendre votre respiration

Pendant que Wilwarin reprenait son souffle et avant qu’il ne se relève Yuki dit toujours avec un grand sourire :

On y va quand vous êtes prêt.

Yuki ne savait pas par où allait commencer la visite de la ville et attendait avec impatience de plus il se demandait pourquoi Wilwarin avait emmené une guitare et que courir avec n’avait pas du être facile. Yuki dit et demanda alors :

Ca na pas du être facile de courir avec votre guitare, pourquoi l’avez-vous emmenez ?

Pas que sa dérange Yuki au contraire il se demandait ce qu’ils allaient bien pouvoir faire mais par moment il était curieux en faite seulement quand les choses pouvait le concerner, mais après avoir réfléchit un peu, il était possible que ça ne le concerne pas, comme Wilwarin l’avait dit, il était en jour de congé et avait peut-être prévu de faire quelque chose. Mais sa Yuki n’osa pas demander car ça ne le concernait pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Ven 11 Déc - 13:03

Ils étaient arrivés devant le Pensionnat et à présent Yuki devrait porté seul ses valises car Wilwarin n’avait pas le droit d’y entrer. Il s’excusa donc mais le jeune homme lui dit qu’il l’avait déjà beaucoup aidé. Wilwarin lui sourit avec chaleur, ses dents parfaitement alignés et blanche ressortaient dans se sourire étincelant.

Puis, le gardien du zoo lui dit qu’il devait allait chercher quelque chose et Yuki lui répondit de prendre son temps. Il hocha la tête avant de commencer à courir malgré tout. On ne savait jamais, s’il arrivait quelque chose à Yuki alors qu’il l’attendait devant le portail, il s’en voudrait toute sa vie … avec les temps qui couraient, on ne pouvait jamais savoir. Il courut donc jusqu’à son appartement. Il y entra, bu un verre d’eau, prit une sacoche où il enfourna dedans ce qu’il lui fallait et prit avec sa guitare. Instrument incontournable qu’il avait toujours (ou presque) avec lui. C’était son instrument de prédilection même s’il adorait aussi le piano, il avait plus « d’ affinité » avec sa guitare. Il referma la porte derrière lui et descendit les escaliers et sortit de l’immeuble en ayant dit un bonjour à son voisin qui se demandait ce qu’il lui arrivait à Wilwarin. Dans l’immeuble, il était aimé de tous ou presque car il était serviable et ne faisait pas beaucoup de bruit, de plus, il n’était pas quelqu’un de fainéant, ce qui plaisait à tout le monde. Bref …

Wilwarin courut de nouveau jusqu’au Pensionnat, évita les rues trop mal famé et prit quelques raccourcis. Il arriva au Pensionnat 10 minutes après l’avoir quitté. Trop fort le Wil’. Il se plia en deux et reprit son souffle comme il le pouvait. Il entendit le portail être poussé et jeta un coup d’œil de ce côté-ci, Yuki était de retour. Il lui sourit et Wilwarin le lui rendit. Il lui dit de prendre son temps pour reprendre son souffle et il hocha la tête. Il ferma les yeux et se concentra afin de faire refluer la douleur de son point de côté et aussi de diminuer son souffle et son rythme cardiaque. Il n’entendit pas Yuki prononcer d’autres paroles réconfortante et encourageante mais quelques instants plus tard, il se relevait, le souffle régulier comme s’il n’avait jamais courut, son cœur battant un rythme normal. Il décolla les mèches qui s’était collé sur son front et Yuki pu voir, à ce moment là sa cicatrice dans toute sa « splendeur ».

Yuki lui demanda pourquoi avoir une guitare avec lui. Il sourit et dit :

J’ai l’habitude de courir avec ma guitare sur le dos. Je suis musicien et chanteur le soir, aujourd’hui je suis en jour de congé pour mes deux boulots. Si j’ai pris ma guitare c’est parce que j’en ai l’habitude et que je ne peux pas la laisser longtemps seule, c’est comme une sœur ou un frère pour moi si tu veux. Ensuite j’ai pensé que lorsque l’on ferait une pause afin de se reposer un peu, je pourrais en jouer un peu, qu’en pense-tu ? Peut-être n’aurais-je pas du !

Il lui sourit. Il n’avait pas demandé à Yuki son avis et aurait peut-être du. Peut-être que Yuki n’aimait pas la musique. Certaines personnes étaient ainsi, parce que la musique leur rappelais de mauvais souvenir par exemple … donc, peut-être avait-il fait une boulette qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kajiura
Elève de première année
avatar

Messages : 304
Localisation : Là où on a du mal à le voir...
Uke or Seme ? : Uke

Feuille de personnage
Âge du Personnage: 16 ans
Petit ami: non
Autre : :

MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Sam 12 Déc - 0:40

Après que Yuki est dit à Wilwarin de prendre son temps pour retrouver une respiration normale, Wilwarin se releva comme si il de rien n’était, on pouvait avoir l’impression qu’il n’avait jamais couru. Ensuite Yuki avait demandé à Wilwarin pourquoi celui-ci avait emmené sa guitare avec lui. Celui-ci lui répondit qu’il avait l’habitude de courir avec, qu’il était musicien et chanteur le soir et qu’il était en jour de congé. Il dit aussi qu’il emmenait sa guitare partout avec lui comme une sœur, Yuki comprenait plus ou moins le sentiment d’être séparé de sa petite sœur car lui l’était aussi mais il en avait prit l’habitude et pensait qu’un jour, il pourrait la revoir, quand elle serait devenu plus mature et pourrait accepter ce qui c’était passé.

Wilwarin avait aussi dit qu’il en jouerait quand ils feraient une pause pendant la visite de la ville mais ajouta qu’il n’aurait peut-être pas dut. Yuki rapidement ajouta :

Non, ça ne me dérange, pas au contraire c’est une bonne idée. J’ai pensé un instant que vous aviez quelque chose à faire un peu plus tard et que vous en auriez peut-être besoin mais sa ne me dérange pas. Je n’ai jamais fait de guitare et n’ai jamais entendu personne en joué, si vous êtes en plus musicien ce que vous jouerez sera sûrement génial et puis j’aime entendre les instruments de musique produire les sons qui leurs correspondre. De plus on peu parfois entendre les sentiments des gens à travers leur musique quand ils jouent pour le plaisir en y mettant tout les sentiments qu’il ressente aussi bien de tristesse comme de joie.

Yuki se rendit compte qu’il avait beaucoup trop parlé et fut tellement surpris par lui-même qu’il avait mit sa main devant sa bouche, il n’avait jamais eu l’habitude de parler autant même avec sa famille et surtout il n’avait jamais parler de ce qu’il pensait de la musique, en même temps, il n’en avait pas trop l’occasion chez sa tante. Yuki ajouta vite fait :

Je suis désolé, j’ai trop parlé, mais sachez que sa ne me dérange pas, j’aime la musique.


Yuki avait un grand sourire sur son visage car il aimait la musique même si il ne jouait d’aucun instrument et pourtant il aimerait essayer un jour. Il c’était beaucoup amusé à essayer d’entendre des personnes jouer de la musique en cachette car il aimait ça mais ne pouvait ni en jouer pour ne pas déranger sa tante ni écouter des personnes en jouer ouvertement alors il les écoutait répéter ou s’entraîner, il arrivait que ceux qui jouaient fassent des fautes et c’était normale mais sa ne dérangeais pas Yuki car malgré tout, ceux qu’ils entendaient jouer persévéraient et n’abandonnaient jamais et plus ils jouaient plus Yuki se plaisait à les entendre jouer car au fur et à mesure la mélodie produite par l’instruments devenait de plus en plus belle, de plus en plus sûr, de plus en plus fluide et donc de plus en plus mélodieuse. Yuki ne critiquait pas la musique loin de là, il aimait tout simplement entendre les gens en jouer, que a mélodie produite soit parfaite ou non, c’est ce qui lui plaisait, entendre différentes mélodie avec un sens différents en rapport avec la personne qui en jouait.

Yuki regardait toujours Wilwarin avec son sourire, il se disait toujours qu’il avait un peu trop parlé et se sentait un peu gêné mais il n’avait pas voulu que Wilwarin pense que sa le dérangeais qu’il est prévu un petit quelque chose pendant qu’ils feraient une pause mais Yuki à part ce qu’ils venait de dire ne savait pas trop comment le faire comprendre à Wilwarin et espérait que ce qu’il avait dit avait suffit même si il n’en était pas convaincu. Seulement, même si il était souvent direct, il ne voulait pas dévoilé tout ce qu’il pensait surtout quand sa concernait ses sentiments, il n’en avait pas honte mais n’en avait jamais parlé et ne savait pas comment les exprimer tout simplement, de plus sa le gênait de tout dévoilé de lui devant quelqu’un qu’il avait rencontrer le jour même, bien que cette personne l’ai aidé à deux reprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Dim 13 Déc - 17:54

Wiwarin revient en courant avec sa guitare et sourit à son jeune ami malgré le fait qu’il soit aussi essoufflé que s’il venait de courir un marathon à fond la caisse. Bref … lorsqu’il eu reprit son souffle, il répondit à la question posé par Yuki et celui-ci en parut légèrement surpris. Peut-être que Wilwarin avait été ridicule avec son accès de passion … mais, apparemment, cela ne dérangeait pas le jeune homme. Il lui parla rapidement, comme gêné de ce qu’il disait et ressentait, comme lorsqu’il avait avouer à Wilwarin sa cécité. Il sourit et lui dit :

Cela me fais plaisir que tu dise que cela sera génial même si j’ai bien des progrès à faire pour arriver à la perfection qu’un homme ne peut jamais atteindre … Tu me surprend également tu sais Yuki, peut de personne voit cela dans la musique des autres, surtout si on en fait pas sois-même ou si on en entend pas beaucoup. Tu as raison, la musique reflète les sentiments de celui qui la joue et c’est comme cela que l’on arrive à toucher notre publique, grâce à ces sentiments, cela prouve que nous sommes, comme eux, des être humains normaux. Le musique peut être aussi une source de consolation pour les musiciens s’ils ont vécut quelque chose de traumatisant. Si on aime vraiment la musique et nos instruments, on prend soin d’eux comme de notre propre enfant et on fait attention à nos doigts également car pour un musicien, ses doigts sont comme sa vie, s’il se les brisent, il se meurt.

Oulà, il avait peut-être un peu trop parler, encore emporter par sa passion de la musique. Il se gratta l’arrière du crâne et rougit, gêné mais pas honteux car il assumait parfaitement le fait d’être totalement « in love » de la musique. Il le revendiquait même mais il n’avait jamais parler ainsi avec une telle passion dans la voix (sauf avec ses amis les plus proches il y a de cela bien longtemps). Il sourit au jeune homme. Wilwarin était vraiment comme Yuki, sincère et franc, n’ayant pas peur de dire ce qu’ils pensent à celui qui est en face d’eux. Lorsque Yuki avait eu finit de parler, Wilwarin l’avait vu porter sa main à sa bouche, comme effrayer ou stupéfait d’en avoir dit autant et peut-être effrayer d’avoir dit trop de chose.

Non, tu n’a pas trop parler ! Je crois que de nous deux, c’est moi qui ai parlé le plus !

Et il rigola. Décidément, il était vraiment bizarre notre Wilwarin mais tellement attachant. Il voyait bien qu’il ne mentait pas même si les yeux de Yuki étaient mort, il le voyait à travers son corps. Ils se sourirent. Ils gardèrent le silence quelques instants, Wilwarin se souvenant de tout ce temps passé à s’entraîner à la guitare et au piano, au plaisir qui en résultait. Il aimait vraiment cela.

Puis, Wilwarin regarda le ciel. Il était bleu sans nuage ou presque. Parfait. Un léger vent venait compléter ce tableau idyllique. Absolument parfait. Il sourit puis regarda de nouveau Yuki et lui dit :

Bien, que veux-tu voir en premier Yuki ? Il y a un zoo, des parcs, une forêt, la colline nommé « Colline aux lucioles », la plage, un onsen, un musée, un parc d’attraction, un stade, le quartiers des commerces, le quartier religieux, l’hôpital mais bon, autant éviter de le visiter hein, mieux vaut passer devant et c’est tout et le Centre ville. A toi de choisir, j’obéirais à vous ordres Maître Yuki !

Il s’inclina et rigola. Il faisait bien sur semblant d’être le majordome de ce jeune garçon mais cela n’était pas méchant, il ne voulait en aucun cas le vexé ou quoi que se soit de se genre.
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kajiura
Elève de première année
avatar

Messages : 304
Localisation : Là où on a du mal à le voir...
Uke or Seme ? : Uke

Feuille de personnage
Âge du Personnage: 16 ans
Petit ami: non
Autre : :

MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Lun 14 Déc - 22:19

Après que Yuki est répondus à la question de Wilwarin, celui-ci ajouta que sa lui faisait plaisir que Yuki dise qu’il aimait la musique, qu’il n’avait jamais entendu le son d’une guitare et qu’il pensait que ce que Wilwarin jouerait serait génial mais il ajouta qu’il avait des progrès à faire, et que la perfection ne peut jamais être atteindre. Quand celui-ci ajouta en plus que Yuki le surprenait très vite dans sa tête il avait penser « c’est à cause de ce que j’ai dit, que je penserais que ce qu’il jouerait serait génial ou parce que j’avais parlé comme ça de la musique ? » quand Yuki entendit Wilwarin finir sa phrase, et dire que ce qui le surprenait était que Yuki voit la musique de cette façon alors qu’il ne jouait d’aucun instrument, cela soulagea légèrement Yuki. Comme Wilwarin l’avait ajouté, la musique pouvait être un moyen de consolation même si c’était pour les musiciens, la musique avait aidé Yuki de cette façon, il en écoutait quand il se sentait mal ou qu’il était découragé.

Arès Yuki vit Wilwarin rougir en se grattant l’arrière de la tête. Yuki ne comprenait pas vraiment pourquoi il rougissait mais peut-être lui aussi comme Yuki avait-il trop parlé qui c’est. Yuki avait aimé la façon dont Wilwarin avait parlé de la musique, autour de lui, personne ne parlait vraiment de musique, il n’en avait jamais parlé à personne et n’avait jamais entendu quelqu’un en parler et la passion qu’avait mit Wilwarin en parlant de musique avait fait chaud au cœur à Yuki.

Wilwarin ajouta ensuite que c’était lui qui des deux avait trop parlé et il se mit à rire. Yuki ne trouvait pas qu’il avait trop parlé et il se mit doucement à rire, pas pour ce moqué mais parce qu’il réalisait qu’ils se ressemblaient plus ou moins et que c’était la première fois qu’il s’entendait si bien avec une personne, il réalisa ensuite que c’était la première fois depuis plus de 3 ans qu’il avait rit comme ça, il avait toujours sourit pour faire comme si tout allait bien pour sa tante et sa cousine mais il n’avait jamais vraiment rit.

Après cela il y eu un petit silence, puis Wilwarin regarda vers le ciel. Yuki se demandait pourquoi, peut-être y avait-il quelque chose, il leva lui aussi la tête et remarqua à quel point le ciel était bleu et immense, il en fut presque surpris mais c’était aussi la première fois pour lui qu’il voyait le ciel aussi grand. Il venait à peine d’arrivé mais il avait déjà fait beaucoup de chose pour la première fois : avouer sa cécité, parler de musique, voir le ciel aussi bleu et grand, et il y aurait sûrement encore beaucoup de première pour lui. Il baissa la tête et la légère brise de vent qui soufflait avait déplacé une des mèches de cheveux de Yuki, il la remit vite fait en place.

Wilwarin regardait Yuki en souriant et lui demanda ce qu’il voulait voir en premier, Wilwarin énuméra tout les lieux ou presque de la ville et ajouta qu’il allait éviter d’entrer à l’intérieure, surtout pour certain lieu comme l’hôpital où ils n’avaient peut-être pas besoin d’aller et d’autre lieux du genre. Wilwarin ajouta à la fin qu’il obéirait aux ordres en précisant maître Yuki, il c’était incliné et rigolait. Yuki avait comprit que Wilwarin ne voulait pas être méchant, mais il ne put s’empêcher de devenir rouge comme une tomate était très gêné. Il paniquait à moitié et dit :

Ne fais pas ça, je veux dire t’incline pas, ça…ça me met mal à l’aise.

Il était rouge et avait même tourné la tête sur le côté pour ne pas que Wilwarin remarque de trop même si c’était très visible car c’est cheveux blond ne cachait pas grand chose même rien du tout. Yuki en essayant de reprendre son calme essayait de penser à un lieu qu’il aimerait visiter et savait qu’il y avait des lieux où il n’irait pas, du moins il n’irait pas seul ou sans raison mais il aimait les endroits avec de la végétation et plutôt calme sans être désertique, seulement, il ne savait pas par quel lieu commencer, il avait retenu le parc, la forêt, la « Colline aux lucioles » et peut-être l’onsen et la plage même si il risquait moins d’aller à la plage et il n’avait jamais été dans un onsen alors il voudrait bien essayer un jour ou l’autre. Dans sa tête trottait les 3 lieux qu’il voulait aller voir en premier mais ne savait pas par lequel commencer. Il hésitait beaucoup et n’arrivant pas à ce décidé il dit toujours un peu gêné :

Il y a 3 lieux que j’aimerais bien visiter mais je ne sais pas par lequel commencer, j’hésite entre la « colline aux lucioles », la forêt et le parc. Le parc on pourra le visiter en dernier comme ça tu pourra me faire écouter ta musique à la guitare mes je n’ai pas envie de trop te déranger.

En réfléchissant un peu plus Yuki pensait bien qu’il n’irait jamais dans la forêt, il savait qu’il s’y perdrait sûrement rien qu’en faisant 3 pas à l’intérieur. Il ajouta un peu gêné de ne pas y avoir pensé plutôt :

En faite, je n’ai plus trop envie de visiter la forêt, je m’y perdrais trop vite, désolé.

On pouvait se demander pourquoi Yuki s’excusait mais en faite il se sentait gêné d’avoir parler de la forêt alors qu’il n’y sûrement pas. Puis Yuki pensa aux autres lieu, et ce dit qu’il y avait des lieux on pouvait se demander pourquoi il ne voulait pas les visiter, peut-être qu’il ne les aimaient pas mais ce n’était pas le cas et ajouta :

Pour les autres lieux pas que je ne les aimes pas, mais je pense que je n’aurai peut-être pas beaucoup d’occasion d’y aller, enfin je pense, mais je peux me tromper.

Et c’est vrai, il pouvait se tromper, à part Wilwarin il ne connaissait personnes mais il venait d’arriver, c’était normal et puis il pourrait sans doute revoir Wilwarin un jour, ce qu’il espérait car Yuki trouvait qu’ils s’entendaient bien, enfin ce n’est que son avis à lui. Et donc Yuki ne savait pas ce qui arriverait par la suite, ni ce qu’il pourrait faire avec des amis ou des connaissances. Yuki ajouta :

Si il y a des lieux que tu veux me faire visiter tu peux, j’ai penser à la forêt et au parc parce que j’aime la nature ou plutôt la tranquillité qu’elle à, mais je ne refuse pas de visiter d’autre lieu comme le zoo ou le centre ville ou d’autres endroits.

Yuki avait un sourire un peu maladroit car il ne savait pas trop comment rattraper le coup ou exprimer avec les bons mots ce qu’il ressentait, de plus, la rougeur qu’il avait eu sur ses joues c’était à peine dissipé qu’une plus légère revenait la remplacer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Jeu 17 Déc - 19:56

Oui, Wilwarin avait une véritable passion pour la musique. Presque une vénération même si le mot est un peu fort car, pour lui, rien n’est mieux qu’une mélodie pour réchauffer des cœurs éperdu de douleur comme le siens l’est en ce moment.

Wilwarin et Yuki pensaient qu’ils avaient trop parlés et rièrent ensemble. Cela faisait chaud au cœur de voir le jeune rire car, jusqu’à présent, il ne l’avait vu que sourire. Wilwarin avait finit par penser que ses notes d’humour était nul et sans intérêt. Mais, le voilà qui riait avec un peu de retenu cependant, comme s’il avait peur de blesser ou de vexer le franco-américain. Il est vrai que les deux garçons se ressemblaient quelque peut dans leur mode de pensée et cela surprenait un peu Wil’. Yuki avait l’air si jeune mais peut-être que sa cécité l’avait fait plus rapidement mûrir que les autres. Oui, peut-être était-ce cela.

Après le rire, le silence. Pas un silence pesant, pas un silence de tension mais un silence apaisant plutôt. Wilwarin regarda le ciel et sentit la brise sur son visage. Il soupira de bien-être car il avait l’impression de sentir Matthew caresser son visage avec le même amour et la même tendresse qu’autrefois. Qui sait, c’était peut-être lui … En tout cas, il espérait que de là où il était, Matthew le regardait et qu’il veillait sur lui. C’était son étoile bienfaitrice et protectrice. Depuis toujours et pour toujours.

Puis, le gardien du zoo lui énonça toutes les possibilités de l’île avant de s’incliner et de dire « Maître Yuki » et de se relever, hilare. Mais le pauvre jeune homme lui, avait l’air totalement perdu et bégayait aussi, rouge tomate. Wilwarin lui sourit avec cet éclat protectrice qu’il pourrait y avoir dans le sourire d’un grand frère pour son petit frère. Le jeune homme avait détourner la tête mais Wil’ avait bien vu son air gêné et sa rougeur. Il ne fît néanmoins aucun commentaire et attendit la réponse de Yuki. Ils restèrent quelques minutes silencieux avant que Yuki ne reprenne la parole pour lui énoncer trois endroit où il voudrait aller. La « colline aux lucioles », la forêt et le Parc. Mais, avant qu’il n’ai pu dire quoi que se soit, Yuki revient sur sa décision et enleva la forêt. Donc, entre la colline et le Parc … hum … dure choix que ce choix-là. Il réfléchit mais le jeune homme rajouta qu’il n’aurait peut-être pas beaucoup d’occasion d’y aller et finit ensuite en disant qu’il pouvait lui faire visiter n’importe quel endroit sauf la forêt. C’était prit en note. Il avait noter aussi qu’il le tutoyait mais cela ne le dérangeait absolument pas, au contraire.

Il eut une moue réflexive et dit :

Eh bien … dure choix qui s’impose à nos yeux ébahis par la beauté naturel de ce qui nous entoure n’est-ce pas ? Hum … eh bien … je te propose quelque chose, dis-moi si tu le souhaite ou pas. Je te propose d’aller d’abord au Centre Ville et d’ensuite aller vers les endroit calme où l’homme et la nature ne font qu’un. Qu’en pense-tu Yuki ?
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kajiura
Elève de première année
avatar

Messages : 304
Localisation : Là où on a du mal à le voir...
Uke or Seme ? : Uke

Feuille de personnage
Âge du Personnage: 16 ans
Petit ami: non
Autre : :

MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   Sam 19 Déc - 12:47

Après que Yuki est énuméré les différents lieux qu’il voulait visiter, il était revenu sur ses choix à plusieurs reprises et rougissait toujours un peu. Wilwarin avait dit que c’était un choix difficile et avait dit cela avec des mots qui avaient plus ou moins fait sourire Yuki. Puis Wilwarin proposa de commencer pas visiter le centre ville et ensuite la « colline au lucioles » et le parc, les endroits où l’homme et la nature ne font qu’un. Yuki en entendant Wilwarin dire ça, se demanda comment Wilwarin voyait la nature, Yuki se dit qu’il ne devait peut-être pas la détester mais Yuki n’en était pas très sûr. Yuki ajouta avec un sourire et une expression sur son visage qui disait qu’il était d’accord avec ce programme :

D’accord, on fait ça.

Yuki ne savait pas trop quoi dire, ni quoi faire, car il ne connaissait pas la direction du centre ville et ne voulait pas partir du mauvais côté. Yuki aimerait bien en apprendre un peu plus sur Wilwarin, cela faisait longtemps qu’il n’avait pas parler à quelqu’un d’autre que quelqu’un de sa famille ou des professeurs et ne savait pas trop comment agir, sa famille il la connaissait et avec les professeurs il leur parlait le moins possible et sur un ton respectueux comme un parle à des professeurs normalement. Mais il ne savait pu comment agir avec quelqu’un qu’il ne connaissait pas et ne savait pas quelles questions il pouvait poser. Il resta silencieux un petit moment et ajouta :

Maintenant que c’est décidé, on peut y aller.

Yuki venait de réaliser qu’il parlait un peu plus familièrement avec Wilwarin qu’il ne l’avait fait jusqu'à présent, peut-être c’était-il habitué à sa présence et pensait qu’il était ami, peut-être que Wilwarin pensait qu’ils étaient amis mais Yuki ne savait pu à partir de quel moment des personnes devenait ami , mais il c’était rencontrer le jour même alors peut-être que c’était trop tôt, Yuki ne savait vraiment pas et se torturait l’esprit avec ce genre de question, il avait tellement été habitué à ne plus avoir d’ami qu’il avait oublié comment faire et ne savait pu comment réagir, il se mit aussi à penser qu’il n’avait jamais été amoureux de quelqu’un, il trouvait sa étrange pour lui mais quand il pensait à ce qu’il avait vécu, il se dit que c’était normale, enfin plus ou moins. Il soupira et se dit à lui-même dans un murmure :

Je suis stupide.

En effet, il pensait qu’il l’était sur ce genre de problème, il ne savait pu comment faire pour devenir ami avec quelqu’un ou plutôt savoir à partir de quand on devenait ami, et se trouvait encor plus stupide pour avoir oublié ce genre de choses. Même si il avait voulut se mettre à l’écart il ne pensait qu’il oublierait aussi facilement. Et même si il aurait dit à quelqu’un qui avait ce genre de problème qu’il ne devait pas s’inquiéter pour ça, que tout s’arrangerait, qu’il arriverait à avoir des amis, il ne pouvait pas se dire ça à lui-même, enfin il le pouvait mais sa ne lui faisait rien, quand on se dit ce genre de chose à soi-même, ça ne réconforte pas trop, enfin des fois si et des fois non, et comme il n’avait jamais pensé à ce genre de chose avant c’était assez difficile, enfin c’est ce qu’il pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'arrivé, est-elle catastrophique...? (libre au premier)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINÉ] Premier jour, première drague ! [Paige]
» Ouf enfin arrivée à destination ! [Libre]
» Son arrivé à Elle...
» L'arrivée aux dortoirs (libre)
» Lily-Rose N. Stevenson || Viens petite fille dans mon comic strip

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Hotaru :: La Presqu'île :: Le Port-
Sauter vers: