AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chocolat Blanc [Hinata / Lysias]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lysias Bloodbury
Fleuriste
avatar

Messages : 135
Uke or Seme ? : Abstinent -,-

Feuille de personnage
Âge du Personnage: 22
Petit ami: What for?
Autre : :

MessageSujet: Chocolat Blanc [Hinata / Lysias]   Dim 18 Oct - 18:30

Et voilà, il avait bien fini par trouver. A fouiner de droite à gauche, Lysias s’était dégoté un nouveau petit taff pour combler celui où il travaillait déjà à temps partiel. Pour sûr, vendre des prétendues fleurs ou des champignons, c’était passionnant. Mais l’excentrisme du jeune homme ne semblait pas plaire à tout le monde, et voilà que le patron de la petite boîte lui avait refusé le statut à temps plein. Du coup, c’était tout autre chose que le farfelu aux cheveux flamboyants s’était trouvé, lui qui aimait tant aller à la rencontre de nouveauté. Un petit monde qu’il n’aurait jamais eu l’idée d’effleurer, en réalité… le petit monde innocent et protégé des élèves de l’île : l’école.

Concierge.
Un concierge à temps partiel. Rien de tel pour compléter le métier de fleuriste « à demi-temps » comme Lysias le qualifiait. Il préférait d’ailleurs qu’on l’appelle déjà comme étant Le Concierge de l’école, plutôt que Le Secrétaire, qui d’après lui, avait trop de connotations féminines. Non mais c’est vrai quoi, ça fait toujours mieux de dire qu’on est concierge en tant que gars, plutôt que « je suis secrétaire ». A part Secrétaire d’Etat, on pense souvent à la petite secrétaire à lunette en petit tailleur prête à passer sous la table avec son chef et… Bref, on s’égare.

***


Tout était parti d’une boîte de chocolat.
Pour sa bienvenue à l’école, quelqu’un, que ce soit élève ou personnel, avait glissé à son intention, une boîte de chocolat. L’expéditeur de cette attention ne s’étant pas manifesté, Lysias demeurait encore dans l’incertitude, bien qu’il eu tôt fait d’oublier qui lui avait envoyé une telle chose. Car, le jeune homme tordu aime beaucoup de choses, certes, mais la liste des choses qu’il n’aime pas n’en n’est pas moins respectable. Or, dans cette catégorie, le chocolat blanc semble être en tête, et avec deux ou trois autres éléments encore. Bien ennuyé de recevoir un cadeau qui ne lui sied pas, Lysias s’était demandé par plusieurs fois si ce n’était pas un présent de malvenue ; car, comment se sentir à l’aise lorsque, dès le premier jour, on vous offre un truc qui ne plait même pas. Décidément, quel manque de tact.

Néanmoins décidé à ne pas le balancer illico-presto à la corbeille, le jeune homme l’avait refourgué dans un autre casier, sans se soucier de l’identité de son propriétaire. Avec à la clef, un mot rapidement écris à la plume : «Je déteste le chocolat blanc. 2018.» Or, Lysias avait eu la flemme de retirer le numéro de son propre casier resté collé sur le papier cadeau, et avait relégué ces chocolats à un autre. Ce qui, par la suite lui avait valu une réponse toute simple, du genre un « Merci » tout gentillet. Ainsi avait commencé une correspondance quelque peu atypique sans jamais que Lysias ne se soucie de mettre un visage au numéro du casier de son répondant, et puis un jour, -plus précisément aujourd’hui- le mystère était sur le point de ne plus en être un. Déjà rempli de remords à l’idée d’abandonner ce petit jeu, le fleuriste finit par s’asseoir sur une caisse de bois, abandonné là, sur le port. Déçu par la tournure des évènements, il renifla inutilement, et regarda les passants, l’œil vague.

-Tu n’es même pas en avance. marmonna-t-il encore plus dépité. - Moi qui ne voulais pas connaître ton identité...

Le jeune homme aux cheveux écarlates fit les cent-pas, jetant un coup d’œil à la montre de son poignet. Une petite brise lui caressa les joues avant de passer son chemin. Tandis que les vagues continuaient leurs murmures incessants, le jeune homme se rapprocha du bord pour tenter d’en apercevoir le fond. Mais comme tous les ports, l’eau ne laisse jamais apparaître guère plus que quelques centimètres de sa surface. Tiens, là bas, des petits poissons se rassemblaient en masse autour d’un quignon de pain laissé à la dérive… Les bateaux, quant à eux, sagement rangés côte à côte, se laissaient bercer par les quelques remous de l’eau. Coupant court à ce moment bourré de poésie d’émotions, le jeune homme s’entendit soupirer. Dans cinq minutes, son mystérieux correspondant serait là. …Ou pas. D’un côté, cette attente avait quelque chose d’attrayant, et Lysias hésitait en réalité entre la déception et l’impatience. Pourquoi pas les deux à la fois ? Les fesses coincées entre deux chaises, il se tâta, guettant un éventuel arrivant. Mais comment le reconnaître ? Le fleuriste farfelu ne lui connaissait ni prénom, ni rien du tout d'ailleurs. Ils avaient simplement échangé quelques bribres de mots de casier à casier. Un peu comme à la poste.

Une idée lui traversa alors l’esprit, et ailant un jeune passant au hasard, il lui emprunta un stylo. Lysias, sortit de sa poche un post-it orange fluo, (certains se promènent avec un paquet de clopes dans les poches ; Lysias, lui, c’est des post-it). Puis remerciant chaleureusement le jeunot aux cheveux de bataille, il le salua à la japonaise, puis gribouillant sur le petit bout de papier, il se le cola à même le front, du côté où sa mèche ne descendait pas jusqu’à ses yeux. Comment ça, il avait l’air d’un gogol ? Le ridicule ne tue pas, heureusement. Dans le même panier, on peut jeter que ce qui ne tue pas rend plus fort. Lysias, lui a sa notion du ridicule et pour lui, tous les moyens sont bons quand ils sont efficaces.


Lysias a écrit:
JE SUIS 2018.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chocolat Blanc [Hinata / Lysias]   Jeu 29 Oct - 14:14

Tout avait démarré il y a une semaine suite à une réunion des « wimy » ne cherchait même pas à savoir si ce mot aux connotations anglaise existe car celui-ci provient de la première lettre des patronymes de quatre personnes composant le cercle « des petits collectionneurs ». Le wimy instauré par Irich Delvengerg au début de l’année se compose de trois principaux membres William De Faubourg, Michel Ravot et Yoann Valet. Il a pour but de prôner, le travail, la rigueur et la richesse. Ce que vient faire Hinata la dedans ? Nous y venons nous y venons, voyez vous ce curieux club uniquement de première années -oui les jeunots quoi- compte parmi eux un brillant tireur de carte qui avec un simple jeu de tarot a prouvé qu’il était capable de beaucoup. C’est bien pour cela que tout un marché c’est ouvert à lui. (On demande les futurs contrôles, les futurs notes, notre chance de trouver l’âme sœur blablabla vous comprenez le topo ?)

Notre petit rouquin lui, suite à une mésaventure que nous ne conterons pas avait gagné le droit à une prédiction gratuite n’est ce pas merveilleux ? Bref c’est pour cela que le dimanche soir il c’était rendu -avec sa seule chemise disponible de couleur pourpre et un joli jean noir- au dortoir voisin soit six chambres plus loin que la sienne. Ce ne fut pas non plus une mince affaire pour lui pauvre idiot maladroit incapable de poser un pied devant l’autre sans trébucher toutes les cinq minutes ! En tout cas on ne peut pas nier que mal grès un ou deux murs venu s’écraser sur son délicieux visage moucheté par la rousseur la soirée fut agréable. Du moins en partis, on lui fit boire du cidre, on le fit jouer aux dames, converser à point d’heure jusqu’au moment fatidique où drapé de blanc et paraît de bracelets en or le grand manitou de la nuit c’était installé sur son siège.

Il sent son cœur battre anormalement, il a peur, l’atmosphère est pesante et les veloutes de fumées s’échappant du grand calumet coincé entre ses lèvres le font tousser continuellement au point qu’il croit qu’un de ses poumons va bientôt se faire cracher comme sa salive. Il préfère ne pas agrémenter cette vision d’horreur d’autres idées sanglantes et se focalise sur les magnifiques cartes au dos emplis de symboles dorés qu’on lui présente sous les yeux. Comme convenu ce sont les sept que lui-même à choisis un peu plutôt parmi le paquet des 21. Il inspire et expire doucement et ses doigts vont cueillir le papier de carton tout au bout à droite pour le mettre à nu. Il retient son souffle et admire le dessin qui se présente sous ses yeux une nuit sans lune, sans étoiles. Il ne dit rien retenant juste cette vision de noirceur absolu, comme si elle s’imprégnait en lui le dominait, venait s’incruster dans chaque pore de sa peau si bien que même après il ne retient qu’elle et se trouve dans l’impossibilité de décrire le contenu des 6 autres cartes.

-Hinata on va te voler

-Pardon ?


Voilà la raison qui fait que pendant une semaine entière batte de base-ball à la main il ne dormit pas près à accueillir le fameux cambrioleur de pied ferme. Malheureusement on peut dire que sa façon de surveiller ne devait être guère efficace puisque l’on parvint à lui dérober son bien le plus précieux à savoir le chocolat blanc. En effet profondément appréciateur de ce met écœurant aux yeux de beaucoup de nippons et occidentaux au palais trop sensible. Bref il en conservait toujours une précieuse tablette dans son sac de cours. Sa friandise favorite à qui personne n’était jamais venu l’idée de lui en réclamer car à part le directeur et un élève de troisième année personne ne dégustait celle ci. Quel dommage pour les autres quel aubaine pour lui. Quand sa première tablette disparu, il paniqua complètement hurlant à tout vol un meurtre, placardant des affiches de recherches et tentant même de faire une annonce général à la cafétéria non il n’est pas fou pas du tout seulement un accro en manque. Bref vous l’aurez compris. Il alla jusqu’à harponner son meilleur ami et le clouer à une chaise pendant deux heures pour retrouver les précieux carreaux sans résultat quelconque. Que dire il était désespéré et le vendredi d’après complètement dépité à l’idée que jamais oh grand jamais il ne retrouverait son bébé en entier il reçut un morceau de papier emplis des douceurs suivante :


Rend toi au vieux port si tu veux connaître le fin mot de cette histoire et l’origine de la disparition de Berly aujourd’hui en la possession du directeur

Anonyme.

Totalement puéril n’est ce pas ? A noter que la boîte de chocolat à pour titre Berly et que comment dire signer une lettre anonyme ne sert à rien. Enfin bon tout cela pour expliquer la scène suivante où déguisé en éboueur -oui vous savez avec la combinaison verte foncé- il marche sur le quai. Rajouté y une paire de lunettes de soleil de mauvais goût ainsi qu’une casquette rouge rapiécé et vous avez Hinata mais ça hein….ça n’étonnera personne qui connaît ce pauvre hurluberlu un tant soit peu.

Port 15h51minutes 36 secondes



Il surveille avec insistance les alentours attendant patiemment le moindre petit signe qui pourrait lui indiquer que l’objet de sa quête est non loin. Les mouettes poussent un ou deux cris allant pêcher les poissons nageant au cœur de l’eau d’une pureté sans pareille…..Non non comment une eau d’une pureté sans pareille peut dégager une odeur aussi nauséabonde ? Erk c’est bien ce qu’il se dit en ramassant une bouteille flottante grâce à un merveilleux pique conçu pour éviter aux malheureux chargé de récupérer ces déchets de se salir les mains vu qu’ils se salissent déjà les yeux et le nez. Heureusement que ce n’est pas ce qu’il fait tout les jours tiens….enfin, voyons les choses du côté positif il sert la communauté tout en accomplissant un acte déplorable à savoir sécher les cours……Comment dire si il n’était pas une petite nature –comme la plupart des gens cela dit- il éprouverait sans doute du plaisir à cette action y trouvant une ou deux étranges lubies en se focalisant sur l’idée qu’il sert la nature et aide le s oiseaux à manger sainement tout en donnant au port un éclat de neuf . Seulement là tout de suite dans l’immédiat il est en attente oui en attente, et plus l’attente est longue plus il s’endort les bras engourdis qui répètent sans cesse le même geste mécanique.

-Hum

Il tente de reprendre contenance, un minimum dirons nous, tournant une nouvelle fois sur lui-même avant d’atteindre le bord droit celui qu’il n’a pas encore épuré du mieux possible comment épuré cette masse vaseuse de toute façon. Il regarde les femmes qui passent éternelles tâches de couleurs suicidaire –une nouvelle cocu quoi- joyeuse –une nouvelle mariée qui va rejoindre la suicidaire d’en peu- une colérique –fallait pas faire des gosses- puis il se rend soudainement compte que ce ne peut pas être des femmes puisque celles-ci sont interdites d’accès sur l’île. Il a du rêver encore…un rêve bien amer, il laisserait bien un rire ironique lui échapper pour changer. Non le seule autre être vivant présent est un jeune homme que l surprise qui se prénomme 2018 remarque pourquoi pas c’est charmant 2018 c’est originale surtout dessiné sur un pos….t-it. Il s’interrompt brusquement enlevant ses lunettes en se croyant discret avant d’aller se placer à la droite de cet étranger. Il cherche à quoi peut bien lui servir cet autocollant et pris d’un élan de courage intense le lui retire doucement grâce au pouce et l’index. Il ne sait que dire un moment se contentant de fixer son interlocuteur qui n’en est pas encore un et l’accessoire qu’il vient de lui dérober.

-Moi j’attends une histoire sans fin et toi tu attends l’année 2018 à moins que tu ne sois son incarnation ou alors ça n’a rien à avoir enfin bref je peux savoir ce que tu fais ici en enfant perdu ?


(j’ai repris l’histoire du choco blanc je sais pas si je pouvais si le rp te va pas tu me le dis je referai ! ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Lysias Bloodbury
Fleuriste
avatar

Messages : 135
Uke or Seme ? : Abstinent -,-

Feuille de personnage
Âge du Personnage: 22
Petit ami: What for?
Autre : :

MessageSujet: Re: Chocolat Blanc [Hinata / Lysias]   Sam 7 Nov - 14:16

Intrigué mais sans cesser de marcher, Lysias laissa cet inconnu approcher sur sa droite, puis lui retirer son post-it. C’est un jeune éboueur, à la casquette rouge –couleur à l’opposée au vert de sa combinaison-, avec tout le charme dont peut paraître l’Originalité. En entendant cet adolescent, Lysias ne put s’empêcher de soupirer de soulagement : pendant un instant, il avait craint de découvrir l’identité de son inconnu. Heureusement, non. Le poids du monde venait de se retirer de ses épaules bien maigres pour cette tâche.

-L’an 2018… je ne sais pas si la patience m’aurait permis d’attendre jusqu’à là avant de connaître un inconnu. Mais je suis tout de même heureux que Cet inconnu-là ne se soit pas démasqué ! déclara le fleuriste sur un ton d’évidence. Plus à lui-même d’ailleurs, même s’il s’adressait au jeune éboueur. S’arrêtant enfin de marcher, il le détailla en prenant son temps. Comme à l’ordinaire, Lysias aime mener les choses à son rythme, aussi irrégulier puisse-t-il être et paraître. Observant alors son post-it orange resté entre les doigts de ce jeune, il contempla ainsi la mer, ou plutôt le port et les quelques déchets flottant à la surface.

-Je pourrais être autant l’incarnation de l’an 2018 que la fin de ton histoire sans fin… commença-t-il. Eclatant ensuite de rire sans retenue, Lysias alla prendre place sur une des caisses plus loin. Puis d’un air un brin plus sérieux, il finit par fixer le garçon sans ciller, lui reprenant sans brusquerie son post-it pour le lancer dans l’eau. Post-it qui par ailleurs, manquant d’élan et poids, n’atterrira pas à l’endroit prévu.

Oublions-le, ce 2018 qui n’aura servi à rien : le fin-mot de l’histoire étant que son véritable destinataire aura eu un empêchement pour se rentre au lieu dit, ce jour-là. Mais cela, Lysias ne le saura jamais. Et voilà : tout ce speech déclenché par une boîte de chocolats blancs de malheur ! Si on lui avait dit que ce jeune éboueur avait aussi atterri ici à cause d’une histoire plus ou moins similaire que lui, bien qu’avec un tout autre motif... Comme quoi, le hasard fait parfois bien les choses. Quoique ; à en juger par un regard extérieur, le pseudo éboueur qu’est Hinata à ce moment là, ne connaîtra pas, voire jamais, le voleur de ses chocolats adorés. Et cela non plus, nos deux protagonistes de l’histoire ne le savent pas rien. Un soupir s’échappa du jeune homme aux cheveux pivoine, qui se baissa d’un geste théâtralement mélancolique pour attraper ce bout de papier et le relancer en direction des vaguelettes.

-J’attendais en fait le détenteur de mes chocolats ; des chocolats blancs, d’ailleurs. Peut être le connais-tu? demanda Lys, une lueur enjouée dans les yeux. De nos jours, un éboueur baigne dans le monde de la chocolaterie, de toute évidence. Sans pour autant paraître gêné de tout cet illogisme, Lysias zieuta de nouvelle fois la combinaison de l’adolescent, -comme si d’éventuelle trace de chocolat pouvait s’y trouver... Après l’avoir inspecté et fait un tour complet autour de ce dernier, l’étrange fleuriste revint à sa place initiale, assis en tailleur sur le container de bois.

-Mais toi donc, jeune éboueur, attendre une histoire sans fin, fait-elle partie du travail qui t’est assigné ? Et toujours ce ton quelque peu pompeux et exagéré. Ce n’était pourtant qu’une façon de tourner en dérision ceux qui l’avaient élevé dans ce milieu aux mimiques et petits gestes raffinés et interminables.

-A moins que tu sois l’incarnation d’une chose quelconque qui m’échappe de l’esprit . rajouta-t-il sur un ton de confidence.

Quelques mètres plus loin, le post-it poursuivait son chemin parmi les remous de la mer. Peut être qu’un jour, il finirait dans l’estomac d’un des cétacés. Dans ce cas, Lysias aura l’égoïsme de clamer un « tant mieux, il n’avait qu’à pas le gober ». Peut-être qu’il échouerait sur la plage d’un quelconque continent, là bas, à l’autre bout de la terre. En fin de compte, cela revenait un peu à l'histoire sans fin de cet éboueur.
Ou pas.




[C’est parfait. On va pouvoir jouer sur la différente perception des persos. =]
Et je tenterai d'étoffer mon post la prochaine fois] :/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chocolat Blanc [Hinata / Lysias]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chocolat Blanc [Hinata / Lysias]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PILOU caniche chocolat mâle de 6 ans (13) Marseille
» Le salon du chocolat à Paris
» Tarte au chocolat et à la noix de coco
» Patte de Chocolat ♥
» quelle mangeuse de chocolat êtes vous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Hotaru :: La Presqu'île :: Le Port-
Sauter vers: